Un orteil dans mon cocktail

Quand Maureen Conway de Tourisme Yukon m’a raconté cette histoire, je croyais qu’elle blaguait. Mais non! Des touristes font bel et bien la queue au Downtown hotel de Dawson city, pour boire un cocktail qui contient un orteil humain! Ils deviennent ainsi membre du très sélect «Sourtoe cocktail club».

 

- Tout a commencé quand un mineur a trouvé un orteil dans une jarre, dans la cabane où il venait d’emménager, raconte Maureen.

- Un VÉRITABLE orteil HUMAIN??? demandé-je, dégoûtée.

- Oui! Et pour faire une blague à un ami, il l’a mis dans son drink. Depuis, la farce a été répétée jusqu’à devenir une tradition. Parfois, il arrive que des gens avalent l’orteil. Il paraît que c’est dur à digérer…

- AVALÉ? Ça veut donc dire qu’il a fallu en trouver d’autres…???

- Ce cocktail est tellement populaire que des gens écrivent sur leur testament qu’ils lèguent leurs orteils au bar. Il y a aussi ceux qui ont des accidents et font don d’un orteil qui aurait été amputé par exemple.

- Et les gens boivent VRAIMENT ça?

- Oui!

 

Quelques heures plus tard, je constate que non seulement des touristes calent bel et bien la boisson en question, mais qu’ils sont même prêts à attendre un bon moment pour devenir membre du club à leur tour! Une seule règle pour obtenir son certificat: «You can drink it fast, you can drink it slow, but the lips have gotta touch the toe».

 

Pour ceux que cela intrigue, les orteils sont déshydratés et conservés dans du sel. «Swallowing one is not suggested», mentionne le site officiel du club.

 

Constatez par vous-même…

Un Québécois au Yukon

La veille de notre départ du Yukon, j’ai eu l’occasion de rencontrer Francis Pelletier, un Montréalais installé à Whitehorse depuis six semaines. Comme plusieurs Québécois (ils sont nombreux ici!) cet ex-camionneur a eu un véritable coup de coeur pour le Grand Nord.

 

Entrevue à la bonne franquette, au restaurant de l’hôtel Westmark, où il travaille. 

 

 

P.S.: Désolée pour la piètre qualité de l’image, il y avait une fenêtre derrière et je pouvais difficilement me placer autrement. Je recommence: désolée pour la piètre qualité de l’image, j’étais trop paresseuse pour me lever et changer de place… ;-)

 

 

Ma ruée vers l’or

L’histoire de Dawson city fait de cette bourgade de 1500 habitants un arrêt incontournable pour quiconque visite le Yukon. De nombreux touristes (surtout des autobus remplis de têtes grises) s’y arrêtent en se rendant en Alaska.

 

À tous les coins de rue, des personnages semblant sortir tout droit d’un film surgissent. Plusieurs criminels qui ont voulu refaire leur vie ont abouti dans cette contrée lointaine. Des prospecteurs qui ont connu les plus belles années de la ruée vers l’or continuent de fouiller le sol. Certains, millionnaires, ont pris leur retraite et vivent paisiblement sans sentir le besoin de montrer leur richesse au monde entier. D’autres, comme Jerry McBride, ont trouvé une autre mine: le tourisme. À 9,45$ la leçon, je vous laisse calculer combien il peut gagner quand des autobus remplis de touristes étatsuniens s’arrêtent les uns après les autres pendant la haute saison (certains réservent même un an à l’avance!)…

 

Voici donc mon «moment Klondike» à moi (devant une bonne vingtaine de pépés et de mémés en délire)! Très mauvaise élève, j’étais terrorisée à l’idée de faire tomber MES pépites dans le bassin. J’avais oublié que l’or est beaucoup plus lourd que les roches…

 

 

P.S.: Pour ceux que ça intrigue, oui, j’ai pu garder mes quelques poussières d’or (dans une espèce de petite éprouvette remplie d’eau)!

 

 

Minuit le soir…

 

Un billet similaire au précédent, mais en vidéo cette fois!

 

Si, à Whitehorse, j’avais été impressionnée par le fait qu’on arrivait à distinguer le contour des choses à minuit le jour du solstice, à Dawson city, j’ai été littéralement soufflée. Nos horloges internes étant toutes détraquées, il nous a été impossible de nous coucher tôt, malgré la fatigue. À 23h, le soleil brillait toujours suffisamment fort pour nous aveugler sur la route.  À minuit, je suis donc sortie avec Jo et Maya pour le voir feindre de se coucher… et se relever aussitôt!

 

Fait inusité: même si le village est plus au nord que la capitale, il y fait beaucoup plus chaud l’été. Ce matin, nous sommes partis en manches courtes pour rapidement remettre nos gros pulls en arrivant à Whitehorse. L’air y est aussi extrêmement sec. Mes cheveux n’ont jamais séché aussi vite!

 

Ces vidéos vous donneront une bonne idée de l’ambiance (la fête étant le 21, dans la nuit du 22 au 23, c’était plutôt calme). La première a été tournée sur le «Dôme» et la deuxième, dans le village passé minuit.

 

 

 

P.S.: BONNE ST-JEAN!!!!!!!!!!

Soleil de minuit

En attendant d’avoir plus de temps pour vous parler des paysages à couper le souffle que j’ai vus ici, voici quelques photos de Dawson city, au Yukon. Les deux premières ont été prises vers 22h45, du haut de ce qu’ils appellent le «Dôme». La troisième, dans le village… à minuit!

 

 

 

 

 


Un avant-goût

En Googlant le titre de notre projet, j’ai vu que le texte de nos premières aventures autour du Canada était en ligne sur Canoë, même si la section n’est pas encore officiellement accessible via le portail. Nos photos ne sont pas encore là non plus, mais vous pouvez déjà lire nos bios, la présentation de notre aventure et un texte sur les passes de vol d’Air Canada.

 

Si vous avez envie de jeter un coup d’oeil avant le «vrai» lancement…

 

Ajout 21 juin: les textes et les photos sont maintenant dans la section Voyages de Canoë!

Bienvenue au Yukon

Je suis particulièrement impressionnée par le relationniste du bureau de tourisme du Yukon, qui est venu nous chercher lui-même à l’aéroport de Whitehorse… passé minuit!

 

Je m’attendais à ce qu’il fasse clair à notre arrivée (le solstice étant dans deux jours, avec son fameux «soleil de minuit»), mais les nuages ont atténué un peu l’effet. Malgré tout, distinguer sans problème les bâtisses sur notre route au milieu de la nuit fût très étrange.

 

Notre programme sera fort varié ici: National Aboriginal Day, Yukon First Nations Art Festival, Solstice et la Saint-Jean-Baptiste (oui, le 21 juin)… Mais surtout, c’est Dawson city, avec ses allures de vieux western, qui m’intrigue particulièrement. 

 

À suivre…

Un petit coucou entre deux vols

Nous sommes à Vancouver, en train de siroter un drink en attendant notre vol pour Whitehorse dans un salon Feuille d’érable d’Air Canada… Je l’avoue: certains privilèges de journaliste sont particulièrement appréciés, surtout quand on voyage avec un bébé! Ladite demoiselle a d’ailleurs passé le vol Toronto-Vancouver à crier, bouger, courir et ramper dans les allées… Ça mérite une double rasade!

 

J’aimerais écrire ici plus souvent, mais entre les textes pour Canoë (qui seront bientôt en ligne, je vous tiendrai au courant), les autres piges que je dois faire même sur la route, la logistique et le voyage lui-même, il me reste bien peu de temps. Et généralement, ce temps je le passe à dormir… ;-)

 

En résumé, beaucoup de plaisir jusqu’à maintenant, mais aussi beaucoup d’angoisse: j’attends toujours les confirmations pour notre hébergement dans plusieurs province. Dire que j’ai commencé à faire les premières démarches en avril! Comme c’est la haute saison, si vous avez de bons tuyaux, faites-moi signe!

 

Notre itinéraire sera le suivant: 

• 16-19 juin  Ontario               

• 19 au 24 juin Yukon                  

• 24 au 30 juin Colombie-britannique         

• 30 juin au 4 juillet Alberta 

• 4 au 7 juillet Île-du-Prince-Edouard         

• 7 au 11 juillet Nouveau-Brunswick          

• 11 au 14 juillet Nouvelle-Écosse          

• 14 au 16 juillet Terre-Neuve            

 

Je publierai sans doute plus de billet quand les derniers détails du voyage seront réglés…