La course

mjpseudoradio

À Radio-Canada samedi dernier

Je suis en train d’apprivoiser mon automne. Trois nouveaux contrats en même temps (en plus des autres!), ce n’est pas de la tarte. Il y a toujours de petits ajustements à faire au début, la logistique à mettre en place, les habitudes à créer…

Je manque cruellement de sommeil. Je me nourris de pain, de fromage et de macarons (merci Corinne!). J’ai pris une seule vraie journée de congé en un mois. MAIS SI VOUS SAVIEZ À QUEL POINT JE M’ÉCLATE!!!!!! Je peux affirmer, à 27 ans et demi (*tousse*), que je fais vraiment ce que j’aime. L’équilibre entre mes multiples passions s’approche de ma définition de la perfection. Je savoure. (Bon, faut quand même dire que je suis tellement occupée que je n’ai pas le temps de penser aux romans que je n’écris pas! lol)

Et puis, il y a tous ces projets de voyage dans l’air (il faut bien l’alimenter, ce super-blogue!;-). Rien de concret pour l’instant. Il m’est impossible de partir plus de cinq journées en ligne à cause de mes engagements. Pas grave. Je me reprendrai au printemps. D’ici là, j’aurai pris un rythme de croisière, j’aurai trouvé le temps de voir la dernière saison de Heroes en rafale,  j’aurai fait quelques voyages éclairs et brûlé toutes les calories des macarons au gym! ;-)

Pour le moment, je me prépare à filer au Salon du livre du Saguenay, où je passerai la soirée samedi et la journée dimanche (Michel Lafon, kiosque #31). Un mini-séjour pour rencontrer les lecteurs de Mama Cool. La seule idée de sauter dans un bus me donne des ailes. Ah! Cette obsession du mouvement…

P.S.: Demain, interdit de m’approcher de mon ordi! Je dé-cro-che!

Initiation poutine

Après des mois d’échanges sur nos blogues respectifs, sur Facebook et sur Twitter, voilà que Corinne Bourbeillon et moi avons enfin pu nous voir «en vrai»! Je suis allée la chercher à l’aéroport en fin d’après-midi hier. Quel bonheur de se rencontrer après tout ce temps!

Devinez ce qu’elle m’a offert? Des macarons Philippe Bouvier from Rennes! Et vous savez – ô drame! -, les macarons ne se conservent pas éternellement… Je suis donc condamnée à gagner quelques kilos dans le bonheur le plus complet. Du coup, je réalise que Pierre Hermé a de la compétition… Lui resterai-je fidèle? Pour le moment en tout cas, c’est «Philiiiiipe» que je hurle entre deux bouchées! lol

Malgré la fatigue, Corinne s’est laissée kidnapper sitôt arrivée. Devinez où je l’ai emmenée? Eh oui! À La Banquise! Même pas le temps de poser son sac: direction le temple de la frite bien grasse!

Depuis que Travel + Leisure m’a donné raison, je ne me gêne plus pour clamer mon amour indéfectible à cette «institution» de la rue Rachel. Vous croyez que Corinne a aimé? La réponse dans la vidéo qui suit!

Bon, heu, il faut tout de même dire qu’elle était affamée… :-D

Prochain défi: le pâté chinois! (C’est fou ce que je m’amuse! Hi! Hi!)

EnTransit.ca

6a00e54f91645288340120a59652a9970bJ’attendais ce moment avec impatience: mon blogue sur MSN.ca est enfin un «vrai» blogue! Il est donc possible de commenter les billets que je rédige depuis en début en ayant un peu l’impression de parler toute seule… ;-) Le lien direct: www.entransit.ca.

Billet du jour: Sur le vif, de la visite de l’île de la Réunion. Mes autres billets de la semaine: Une Québécoise à New York et Voyager seule.

Au plaisir de vous lire! J’aime quand les commentaires enrichissent le contenu, alors n’hésitez pas à laisser un petit mot!

Mea culpa

Plus tôt dans la soirée (j’écris ce billet passé 1h du mat’), une amie Facebook qui travaille pour un grand média a écrit dans son statut: «Nelly Arcan se serait suicidée…» Après m’être assurée que ce n’était pas une blague de mauvais goût, j’ai spontanément retransmis l’information sur Twitter en la citant, comme je le fais systématiquement quand je retransmets une nouvelle ou un lien. Erreur. Quand j’ai réalisé l’ampleur de la chose, le «tweet» avait déjà fait son bout de chemin. J’ai effacé le message, mais le mal était fait. Un peu avant 1h, Ruefrontenac.com a annoncé sa mort (aucun lien entre mon «tweet» et leur annonce, je le précise). Au moment de cliquer sur «send», je n’aurais jamais cru qu’il s’écoulerait autant de temps avant que les médias publient la nouvelle.

Entre temps, j’ai pris conscience des dangers de Twitter dans de pareils cas. Ce n’est pas la journaliste qui a réagi, mais bien la fille touchée par le décès tragique d’une femme à la carrière flamboyante. Même si j’avais eu la confirmation du décès de l’auteure par une autre source que mon amie Facebook, j’ai profondément regretté d’avoir relayé l’information. La nouvelle n’était pas encore sortie dans les médias. 1- Ce n’était absolument pas à moi à le faire. 2- J’ai réalisé les multiples interprétations que mon élan spontané a pu prendre. Toutes mes excuses si j’ai pu offenser qui que ce soit. J’étais sous le choc: j’ai partagé la nouvelle. Il ne faut pas chercher plus loin. Ma réaction était d’autant plus absurde que j’ai plutôt mal réagi la semaine dernière quand les journalistes se sont mis à me contacter suite à la mort de Renée

Maintenant que les médias «traditionnels» relaient l’information, est-ce plus «décent» d’en discuter sur les réseaux sociaux? La nouvelle devient-elle soudainement plus «réelle» parce qu’elle se trouve dans un média classique? J’ai effacé mon «tweet» original parce que je n’étais pas du tout à l’aise d’être la porteuse de mauvaise nouvelle et que la personne qui l’avait mentionnée sur Facebook à l’origine n’avait peut-être pas réfléchi elle non plus à la portée de son geste. Je n’en suis pas moins bouleversée que tous les autres qui partageront l’info avec le lien des articles parus en référence…

Pour le reste, ne vous en faites pas, j’ai eu ma leçon.

P.S.: Mes sincères sympathies à la famille et aux proches d’Isabelle Fortier alias Nelly Arcan.

Un moteur de recherche pour aider l’Afrique

Et si la simple utilisation d’un moteur de recherche pouvait aider les plus démunis? C’est ce que propose Ads4Arica.

Rassurez-vous: non, il n’emprunte pas le rythme africain… :-P

(Via Icare Hydn Duplessy)

MÀJ: Sur Facebook, le débat fait rage: l’argent va-t-il aux bonnes personnes? Le site Web de l’organisme affirme pouvoir aider des entrepreneurs de pays en développement en finançant leurs projets grâce au micro-crédit: «We use advertising as a means of funding micro-loans to entrepreneurs in developing countries».

Suivez le guide-jogger!

20090923-155208-gVous en avez marre des circuits en autobus? Vous aimez vous tenir en forme? Pourquoi ne pas explorer les grandes villes du monde au pas de course? De Rome à Québec en passant par Copenhague et New York, les touristes se laissent de plus en plus séduire par le «sight jogging».

Il suffisait d’y penser: joindre l’utile à l’agréable en combinant entraînement et tourisme. C’est une Romaine dans la trentaine, professeur de sport et diplômée en langues, Carolina Gasparetto (www.sightjogging.it), qui a élaboré le concept en 2005. Rapidement, l’idée a séduit les hommes d’affaires et les cadres de passage dans la capitale italienne, qui disposent de peu de temps libre. Une quinzaine de guides parlant tout autant de langues (au total, pas chacun!) proposent aujourd’hui de parcourir la ville avec vous. Munis de micros, ils joggent tout en causant histoire, architecture et archéologie. La durée et le degré de difficulté varient selon les circuits.

La suite sur Canoë

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Gary Lawrence parle du même sujet sur le blogue Voyage de L’Actualité

Fête de la Korité

Bien que nous ne soyons pas musulmans, des amis nous ont invité à célébrer la fin du Ramadan (donc la fin du jeûne!) dimanche dernier. Il faut dire qu’au Sénégal, tout est prétexte à faire la fête! Alors à Noël comme lors de la Korité (aussi appelée Aid-El-Fitr), les familles et les amis en profitent pour se rencontrer.

Je me suis amusée à tourner une petite vidéo au cours de l’après-midi. J’aurais dû sortir ma caméra plus tôt, alors que je goûtais à de nouveaux plats, mais disons qu’avec quatre fillettes (trois, en réalité – la quatrième étant trop jeune pour gambader avec les autres) qui couraient dans tous les sens, l’idée ne m’a même pas effleuré l’esprit!

En regardant les magnifiques habits de mes amis, vous comprendrez pourquoi je me sentais légèrement underdressed avec ma tunique à carreaux… lol

Un saut dans le temps

J’ai la fâcheuse habitude de ne rien jeter. La preuve?

sabenaAA

Par contre, impossible de savoir combien de fois j’ai fait l’équivalent du trajet Terre-Lune avec FlightMemory, dont Gina avait parlé dans son ancien blogue, car seul le hasard (ou une éventuelle fouille archéologique qui pourrait durer quelques décennies) me permet de tomber sur ces «trésors» oubliés…

Adieu Renée

J’allais écrire un petit billet tout léger à propos de mon anniversaire. Et voilà que j’apprends que Renée Wathelet a été assassinée dans son île de rêve (la nouvelle est sortie dans les médias mexicains, mais je n’ai encore rien trouvé en français). Chez elle. Je suis totalement, complètement bouleversée. Je n’y crois pas.

Je n’ai jamais rencontrée Renée en personne. Nous sommes devenues des copines virtuelles parce que nous partagions cette passion pour la vie de nomade. Nous nous comprenions au-delà des mots. Il y a quelques jours encore, je lui avais posé une tonne de questions à propos de son mode de vie pour mon blogue sur MSN.ca. Elle m’inspirait. Nous nous promettions de bientôt faire connaissance «en chair et en os» devant une margarita…

Renée, sache que tu vas beaucoup me manquer. Ne plus te savoir au bout du clavier me semble tellement irréel…

MÀJ 16h: La nouvelle a maintenant fait l’objet de plusieurs articles sur le Web. Merci aux médias de cesser de me contacter. Vous trouverez les réponses à la plupart de vos questions en LISANT les blogues de Renée, Endirecdesiles.com et Profession nomade.

MÀJ 21 septembre: Les enfants de Renée viennent de publier un texte qui donne l’heure juste sur la mort de leur mère. À lire absolument pour faire la part des choses.

La poutine au vin

Que se passe-t-il quand un jeune Français débarque à Montréal et devient le colocataire d’un Québécois de son âge? La sympathique websérie franco-québécoise La poutine au vin s’amuse avec les clichés des deux cultures. Au menu: des quiproquos liés aux expressions et au sens des mots, qui diffèrent selon le locuteur.

Ne vous attendez pas à de grands éclats de rire, mais plutôt à quelques sourires. De plus, on passe voir les deux nouveaux colocs davantage pour les clins d’oeil qu’ils font ici et là que pour l’innovation.

Les deux premiers épisodes n’étant pas les meilleurs à mon avis,  je vous présente le troisième (les suivants seront mis en ligne chaque semaine).

En prime, le site propose la recette originale de la poutine, qu’on déguste bien sûr  avec du vin! ;-)

MÀJ: Suite à la publication de ce billet ce matin, j’ai échangé quelque courriels avec Benoit Skinazi de l’équipe de La Poutine au vin. Alors, y a-t-il un quelconque organisme culturel ou autre association touristique derrière leur projet? «Non c’est réellement pour le plaisir, m’assure-t-il. Nous sommes une petite équipe d’amateurs qui réalisons enfin ce projet qui nous tient à coeur depuis longtemps !»

(Via @lifeinmontreal sur Twitter)

6 sites pour éviter les chocs culturels!

20090916-122905-gLe choc culturel frappe au moment où l’on s’y attend le moins. Histoire de vous préparer psychologiquement aux sandwichs «en caoutchouc» de plusieurs compagnies aériennes, aux expériences capillaires douteuses de certains agents de bord ou de l’inconfort des pires aéroports, voici une liste de sites à consulter d’urgence.

1. Pour voler l’esprit tranquille

L’avion est le moyen de transport le plus sûr. Malgré tout, les appareils ne sont pas tous entretenus de la même manière… Avant de monter à bord d’une petite compagnie douteuse, rendez-vous sur www.1001crash.com. On y dresse notamment une liste des dix derniers écrasements!

2. Le pire du voyage

Quand on ne peut s’offrir le meilleur, on veut au moins pouvoir s’assurer de ne pas avoir opté pour le pire. Les pires souvenirs à rapporter? Les pires trajets d’autobus? Les pires endroits où dormir? La pire coiffure d’agent de bord? Vous trouverez tout ça sur le site The Titanic Awards (en anglais).

3. Votre assiette dans l’avion

On se demande parfois si la nourriture qu’on nous sert est réellement comestible. Plusieurs plats nous font même regretter Chef Boyardee! Le site à consulter avant de quitter le sol: Airline Meals.net, conçu à partir des commentaires et des photos des internautes de partout dans le monde. On y trouve aussi la liste des menus des plusieurs compagnies aériennes (en anglais).

4. Survivre à un écrasement d’avion

S’il advenait que vous vous retrouviez dans un remake de Perdus (Lost), mieux vaut connaître les meilleurs tuyaux pour être parmi les survivants! Plusieurs guides en ligne prétendent pouvoir expliquer comment déjouer le mauvais sort. L’un d’eux,Survive a plane crash (en anglais), conseille entre autres de se vêtir simplement et de porter pantalons et manches longues…

La suite sur Canoë!

Des sites utiles

Archives de mes chroniques sur Canoë

BONUS: Je viens de découvrir l’article How to score the best airplane seats de Forbes.com grâce @TripAdvisor sur Twitter. On prend des notes!

Sur le vif

Je ne me lasse pas de côtoyer des voyageurs. Je me suis donc offert un «bonbon» pour mon blogue sur MSN.ca: réaliser une série d’instantanés à l’aéroport avec des gens qui viennent nous visiter. Un peu comme le street style qui fait fureur sur les blogues mode, j’avais envie d’aller vers les gens aux looks intéressants (pas dans une optique fashion, plutôt anthropologique), mais surtout intrigants.

merefille1merefilleC’est la valise vintage orange qui a d’abord attiré mon attention sur ce tandem originaire de Miami. Une fois ma brève entrevue réalisée, Andraina m’a bombardée de questions à propos de Montréal. Elle notait tout dans son grand cahier multicolore. Adorable et allumée. La complicité qu’elle partage avec sa mère m’a beaucoup touchée. Avoir eu un horaire moins chargé, je leur aurais proposé de leur faire visiter la ville.  J’espère que ma fille parlera de nos voyages avec la même lueur au fond des yeux…

shegy2shegy1Impossible de passer à côté de Shegy sans l’aborder. J’ai vu ses baskets rouge vif, puis ses yeux rieurs. Il fumait nonchalamment une cigarette au moment où je lui ai demandé si je pouvais le photographier, en bégayant presque! lol Mon flair ne m’avait pas trompée: le jeune homme d’origine tibétaine avait une histoire fort fascinante. Les quelques minutes de notre conversations m’ont fait voyager de New Delhi à Halifax, en passant par Katmandou et Zurich.

J’ai hâte de vous présenter les prochains… Chaque fois, la magie est apparue au détour de la discussion, si brève était-elle. Les mordus de voyage parlent tous la même langue. Quand il est temps de parler de leur passion, la flamme s’anime, même devant une parfaite inconnue.

J’adore mon boulot.

Tourisme du futur

Moon World Resorts

Moon World Resorts

Dans vingt ans, visiterons-nous la planète dans des autobus volants? Serons-nous accueillis par des robots dans les hôtels? Irons-nous siroter des cocktails sur la lune? Pistes de réponses.

Le Dr Ian Yeoman de l’Université de Wellington en Nouvelle-Zélande est formel: en 2030, nous aurons des problèmes d’approvisionnement en eau, en gaz et en denrées diverses. La technologie sera bien sûr beaucoup plus avancée. Résultat: l’artificiel pourrait prendre le pas sur le naturel. Nous assisterons à la multiplication d’attractions intérieures comme des stations de ski, des cirques, des zoos et des terrains de golf.

Selon lui, les robots auront une place de choix dans l’industrie touristique puisqu’ils constitueront un important bassin de main d’œuvre bon marché. Non seulement nous ferons-nous servir un verre par un bras de fer, mais «même des robots prostitués, qui ne peuvent pas transmettre de maladies comme le VIH, pourraient faire leur apparition», se risque l’auteur du livreTomorrow’s Tourist.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous?

Archives des chroniques