La petite valise mauve

S’il y a une chose que je suis heureuse d’avoir transmise à ma fille, c’est bien ma passion pour le voyage. Les longs trajets de train, d’avion ou de bus, elle adore! J’attends généralement à la dernière minute avant de lui annoncer une prochaine «expédition». Mais quelques jours avant son quatrième anniversaire, elle m’a entendue mentionner à la voisine que je l’emmènerais bientôt à Rimouski, où je devais aller donner une conférence sur mon utilisation des médias sociaux (j’avais décidé de rester 24h de plus, histoire de pouvoir participer au Salon du livre, tant qu’à être déjà sur place).

«On va en voyage?» s’est-elle enquise, des étoiles plein les yeux. «Oui, mais pas tout de suite!» Rien n’y fit. Une heure plus tard, sa petite valise mauve était remplie.

Les jours suivants, pas questions de dormir avec ses peluches favorites (ses trois ânes): elles étaient bien rangées pour le départ. Éléphant, cochons (elle en a trois), ourson, koala, chien et autres toutous poilus ont tour à tour défilé dans son lit.

Deux semaines ont passé. Elle est tombée malade. Un vilain rhume. Alors qu’elle se remettait de son virus, c’est moi qui me suis enfoncée. Diagnostic: bronchite. J’ai passé les jours suivants dans une espèce de brume. De puissants médicaments sont parvenus à calmer la toux, mais m’ont poussée dans les bras de Morphée sans mon consentement. Je dormais partout, tout le temps.

Alors que je me disais que ça ne pouvait être pire, je me suis mise à avoir de terribles maux de tête. Puis des douleurs à la mâchoire. Aux dents… L’impression d’avoir passé des jours à prendre des coups dans un ring de boxe. Retour à la clinique. Diagnostic: sinusite, avec quelques problèmes respiratoires. La joie.

Pour la première fois de ma vie, j’ai dû annuler un tournage. Sans parler des textes que je n’ai pas pu livrer et du retard pris sur un livre que je suis déjà supposée avoir terminé. Bonjour l’angoisse (et les futurs comptes à payer – pour une travailleuse autonome, ne pas travailler signifie ne pas avoir de rentrées d’argent).

Mais ce qui m’a le plus brisé le coeur a sans doute été d’annoncer à ma fille chérie que je devais annuler notre voyage à Rimouski. «On ira pas en train?» m’a-t-elle demandée, la voix tremblottante. «Pas cette fois-ci…»

J’ai ouvert sa petite valise. S’y trouvaient, pêle-mêle, les trois ânes, son coussin de voyage en forme de girafe, des livres, des chaussettes, quelques petites culottes, un pyjama, un t-shirt, un jean et… une paire de short. Je lui ai promis que dès que maman sera sur pied, nous partirions toutes les deux. Je ne sais pas quand, cependant.

Les ânes sont toujours dans la valise. Ils attendent patiemment le prochain voyage, tout comme la jeune globe-trotteuse. Et Maman cherche encore son souffle (en essayant de garder les yeux ouverts)…

MÀJ 2 novembre: Coup de fil du médecin, suite aux analyse des radiographies prises la semaine dernière: je n’ai pas une bronchite, mais une pneumonie. :-(

About these ads

10 réflexions sur “La petite valise mauve

  1. Un petit bijou de texte! J’en ai encore le coeur gros, pour la petite et sa petite valise en attente, pour toi et tes problèmes de santé…Mais ce n’est que partie remise et sans doute que vous en profiterez doublement, alors…patience! :)

  2. Je comprends ta fille d’avoir penser à apporter ses ânes (moi aussi c’est mon préféré!), mais ce n’est que partie remise Marie-Julie! Prompt rétablissement : )

  3. Touchant! J’adore voir comment les enfants remplissent leurs valises de leurs petits trésors. Bon voyage pour la prochaine fois!

  4. Tellement facile de décevoir les enfants… C’est pareil ici avec petit Jérémie (6 ans et demi). Nous attendons à la dernière minute pour lui parler des prochaines activités.

    Bon rétablissement…

  5. J’adore ce billet, MJ !
    Moi qui suis abonnée aux infections respiratoires, je te dis : EMPATHIE !
    Ici Léonard a eu – 1re déception : annulée la sortie au zoo de Delhi (papa et maman malades, à peine arrivés – bb pleure tte la nuit…) – 2e déception : ce n’est pas la saison des mangues. On se rabat sur le jus !
    xxx

  6. Venez nous voir en train à l’Ile Bigras dès que vous serez en forme!!!
    L’arrêt est à 2 minutes de marche de ma maison :-)) xxx

  7. Trèsbon article mais malheureusement je n’ai pas pu avoir d’enfant,ainsi je n’ai pas pu découvrir ces plaisirs ;bon j’ai eu d’autres joies qui m’ont permis de remonter cette épreuve.
    cordialement MARIE ANNE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s