Khao San Road, dix ans plus tard

Presque 10 ans que je n’avais pas mis les pieds à Khao San Road, quartier des backpackers de Bangkok. Cette fois-ci, ma situation est bien différente: je loge dans un hôtel huppé un peu en retrait de l’agitation avec ma fille de cinq ans. Mais il m’était impossible de ne pas retourner sur cette rue mythique. Le jour de notre arrivée.

La dernière fois, j’avais 27 ans. En peine d’amour. La première, 26. En peine d’amour… Je ne compte pas le nombre d’escales que j’y ai faites à cette époque, entre deux destinations asiatiques (pas toujours en peine d’amour, quand même! lol).

Je ne sais pas si ce sont tous ces souvenirs remontés à la surface, la simple nostalgie ou cette impression que la vie passe beaucoup trop vite qui m’a chamboulée, mais il m’a seulement fallu reconnaître un tronçon de rue pour que les larmes se mettent à rouler sur mes joues. Lire la suite

Back to basics

Dans mon sac à dos:

- 5 camisoles (4 noires, 1 brune)

- 2 1 t-shirt (1 noir, 1 violet)

- 1 tunique indienne (blanche)

- 1 tricot à manches longues (crème)

- ma veste-châle «magique»-passe-partout (noire)

- 1 chandail à fermeture éclair (rouge)

- 2 capris (1 gris et 1 kaki)

- 1 short (sable)

- 2 leggings courts

- 1 sarouel noir

- 1 cuissard noir

- 4 robes (1 violette, 1 orange, 1 multicolore et 1 noire à pois) Lire la suite

Fou rire de la semaine

La relationniste d’Ocean World, à Puerto Plata, vient de me faire parvenir des clichés de moi croqués par leur photographe maison avec un lion de mer.

Impossible d’arrêter de rire en regardant la bouille de l’animal…

Pour lire mon billet sur le sujet, par ici.

Pour me suivre sur Twitter, par là.

Mes sources dans La Presse

Oh là là, quel casse-tête! Quand Nathalie Collard du quotidien La Presse m’a demandé de lui parler de mes «sources», j’ai commencé à dresser une liste. Je me suis rendue compte de quatre choses:

1) Je suis infidèle. Je papillonne d’une source à l’autre et je n’ai pas de routine formelle.

2) Ma liste de comptes Twitter à suivre pourrait s’étirer à l’infini! Pas pour rien que je suis abonnée à plus de 2000. Je suis des gens que je connais, de purs inconnus qui ont des choses à dire, plusieurs médias et journalistes… J’ai beau m’être abonnée à quelques listes et en avoir créées, je ne les consulte jamais. J’aime plonger dans la grande mare et voir défiler le flot d’information. Les perles peuvent provenir autant d’un quidam installé à Tokyo que d’un grand journal français. Cela dit, je consulte de temps en temps certaines pages (celles de mes amis, principalement). N’empêche, faire une sélection pour l’article a relevé de la torture.

3) Je ne me débranche que pour dormir. Ou presque. J’ai longtemps dit à la blague que le matin, je touche mon Mac avant mon mec. Maintenant, c’est mon iPhone. Je lis et réponds souvent à des messages Facebook/Twitter/Gmail avant même de me lever. (Je sais, c’est maaaaal!)

J’aime m’étourdir avec toutes ces info, mais j’ai aussi de nombreuses conversations sur Facebook et Twitter (certaines en privé, certaines publiques) avec des amis qui vivent aux quatre coins de la planète. On dira ce qu’on voudra, je suis tout sauf une nerd isolée!

4) Je ne regarde plus passivement la télé. Désormais, j’échange sur les médias sociaux. Je regarde les émissions qui m’intéressent en ligne (à part Tout le monde en parle, dont j’attrape parfois des bouts à la télé). Pour quelqu’un comme moi qui a horreur d’être «pris en otage» (c’est aussi la raison pour laquelle je déteste recevoir des appels téléphonique), c’est l’idéal. Je choisis le moment et le lieu où je veux regarder ce qui m’intéresse.

Maintenant, voici une version «enrichie» de ladite liste.

Lire la suite

L’origine de mes abonnés Twitter

J’adore Twitter. Je l’utilise autant pour m’informer que pour discuter et partager des liens. Je trouve aussi la plateforme formidable pour briser la glace ou pour «prolonger» des rencontres «réelles» dans le virtuel. C’est pourquoi j’étais très curieuse quand je suis tombée sur cet outil qui permet de savoir d’où proviennent nos abonnés. Les résultats?

En résumé, selon TweepsMap, 70% habitent le Canada. De ce nombre, 58% vivent au Québec, dont 39% à Montréal.

Les Français constituent pour leur part 9,26% de mes followers.

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.

(Via Patrick White)

10 curieux rituels des quatre coins de la planète

Certaines traditions sont nées il y a des millénaires, d’autres sont plus récentes. Sérieux ou loufoques, les rituels qui suivent ont un point commun: surprendre les Occidentaux que nous sommes.

1- Japon: défilé de phallus géant

Si vous vous trouvez dans la ville de Komaki un 15 mars et apercevez un pénis en bois de 2,5 mètres de long, vous n’avez pas la lubie. Il s’agit d’une tradition ancestrale du festival Hounen Matsuri (festival de la fertilité) au cours de laquelle ledit engin est transporté d’un sanctuaire à un autre. Avis aux spectateurs, toucher ledit phallus garantirait un futur bébé en santé… Lors du même événement, on se lance aussi allègrement des gâteaux de riz.

2- Terre-Neuve: embrasser une morue

La cérémonie du «Screech» est un rite d’initiation très populaire auprès des visiteurs de St-John’s. Après avoir calé un verre de rhum (le fameux «Screech»), les initiés doivent embrasser le poisson qui a attiré les premiers pêcheurs européens. L’inspiration? L’initation des nouveaux marins, jadis. Aujourd’hui, les touristes de passage se voient remettre un certificat s’ils relèvent le défi.

3- Inde: lancer des bébés depuis une tour de 15 mètres

Dans certains villages indiens, des bébés sont jetés en bas d’une tour afin de leur assurer… une bonne santé. Rassurez-vous toutefois: en bas, un filet amorti leur chute. Il semblerait qu’aucun bébé n’ait été blessé par cette tradition dont personne ne connaît l’origine exacte.

La suite sur MSN.ca

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade

Pour fans de hockey seulement (ou peut-être pas)

Moi? Allez voir un match de hockey? Vous voulez rire! Même le supplice de la goutte m’apparaît de la petite bière à côté de cette idée saugrenue. Et pourtant…

Samedi, 12 novembre 2011. Je déjeune avec Evelyn Reid d’About.com, et de Paul de la Durantaye, directeur des hôtels Germain de Toronto afin d’en savoir plus sur Le Germain Maple Leaf Square, un hôtel que j’ai a-do-ré, comme je le mentionne dans ce billet, et qui offre de super-forfaits pour les mordus de sport. Ce dernier sort des billets de hockey.

— J’y suis allergique, réponds-je spontanément.

—  Es-tu déjà allée voir une partie live?

—  Heu…

J’avoue qu’il marque un point (un but?). Lire la suite

Mon salon du livre 2011

Le Salon du livre de Montréal vient de prendre fin. Comme à chaque fois que je termine un salon, je vis un petit deuil. Un peu comme au retour d’un voyage. (Remarquez, j’ai drôlement apprécié mon «linge mou», mon pot de Nutella et ma doudou, aujourd’hui.;-) Lire la suite

KLM récidive

KLM a vraiment compris comment créer le buzz sur les médias sociaux au cours des dernières années. La compagnie aérienne connaîtra-t-elle le même succès avec ses nouvelles vidéos destinées à promouvoir son menu à la carte?

J’ai un penchant pour l’Indonesian rice dishes

Les autres vidéos sont disponibles sur la chaîne YouTube de KLM.

Sur le même sujet: Après les amis Facebook, les amis «Bluenity», KLM fait sourire les passagers… et récolte un million de tweets! et Pari tenu pour KLM.

À découvrir également: Bouge de là (vidéo hilarante d’Air New Zealand), Mala Vida à l’aéroport (vidéo mettant en vedette Nouvelle Vague) et Les passagers veulent avoir du fun (vidéo avec Cindy Lauper).

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.

12 coins de paradis à petits prix

Crédit: Laurie Noble – Getty Images

Si vous n’avez pas besoin de loger dans un palace pour profiter pleinement de vos vacances, voici une liste de destinations où il est possible de séjourner à moindre coût, sans égard au prix des billets d’avion. Parce qu’on ne voyage jamais assez longtemps… ni assez souvent.

1- Guatemala

Au cœur du monde maya, le Guatemala possède de nombreux atouts. Ses volcans, ses lacs, ses jungles et ses sites archéologiques en font l’un des endroits les plus fascinants de la planète. Si la sécurité et la santé restent des préoccupations importantes (renseignez-vous avant le départ), le coût de la vie a de quoi accrocher un sourire au visage. Il est envisageable d’y vivre avec 25$ par jour en poche. Il est par ailleurs possible d’y suivre des cours d’espagnol à un prix dérisoire.

2- Thaïlande

La popularité de l’empire du Siam ne se dément pas. Il faut dire qu’avec ses temples, sa gastronomie, ses montagnes et ses enfilades de plages, le pays a tout pour plaire. Si vous souhaitez éviter les hordes de touristes, mettez le cap sur l’extrémité Sud. Plus vous vous éloignez des aéroports, moins vous risquez de tomber sur des vacanciers pressés. Visiter Chiang Mai, au nord, est aussi une option à considérer si vous préférez la randonnée en montagne. Il est encore possible de s’en tirer à moins de 30 $ par jour à l’extérieur de Bangkok et des destinations les plus populaires. Mais ne rêvez pas en couleurs : il est si facile de dépenser…

La suite sur MSN.ca

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade

Les trois hôtels où j’ai le mieux dormi cette année

Plus je passe du temps sur la route, plus j’apprécie la vie d’hôtel. Pour tout vous dire, je passerais mon temps à errer d’un établissement à l’autre. Pour quelqu’un comme moi qui ne retire aucun plaisir à effectuer des tâches domestiques ni à décorer, faire d’une chambre anonyme mon chez-moi temporaire relève du véritable fantasme. Un fantasme que je peux assouvir de plus en plus souvent à cause de mon boulot.

Par contre, il y a deux choses que je ne supporte pas à l’hôtel: les lieux mal insonorisés et les lits inconfortables.

Où ai-je le mieux dormi au cours de la dernière année? Mon top 3 (pas forcément dans cet ordre):

Rosewood Hotel Georgia, Vancouver

Le Germain Maple Leaf Square, Toronto

Opus Hotel, Vancouver

Mention spéciale à Sooke Harbour House, sur l’île de Vancouver, où j’ai passé deux nuits sur un nuage en 2008. Je garde aussi de bons souvenirs de Stowe Mountain Lodge, au Vermont.

Oui, j’ai un fort penchant pour les hôtels-boutiques… J’ai aussi fait de bons rêves dans d’autres établissements européens et canadiens ces derniers mois, mais l’insonorisation laissait souvent à désirer. Pour une insomniaque comme moi, tous les détails comptent!

À lire également: Les meilleurs hôtels du monde, Tranche de vie, Stowe Mountain Lodge style, Vivre à l’hôtel, En direct du Jungfrau, Camping cinq étoiles, Une auberge de jeunesse chargée d’histoire, Ma nuit dans une cabane dans les arbres et Comment faire cuire deux œufs-bacon dans sa chambre d’hôtel.

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade

Mes séances de dédicaces au Salon du livre de Montréal

Que j’ai hâte au Salon du livre de Montréal! Ayant raté celui du Saguenay, ce sera mon premier salon de l’automne. Viendrez-vous me saluer au stand 546?

Les moments où j’y serai pour la série d’albums Lily Têtue:

Vendredi : 18 h 30 à 19 h 30
Samedi : 10 h à 11 h, 12 h à 13 h et 17 h à 18 h
Dimanche : 10 h à 11 h et 12 h à 13 h

Pour connaître les horaires des autres auteurs des éditions La Goélette, par ici.

Le Salon du livre de Montréal se tiendra du 16 au 21 novembre 2011 à la Place Bonaventure.

Au plaisir de vous y croiser!

Les trente secondes les plus cutes de votre journée


Je suis en train de faire le montage des vidéos tournées en République dominicaine à la fin octobre et voilà que je tombe sur ce mignon petit capucin, qui m’a fait son numéro de charme pendant que mes collègues jouaient les chimpanzés au-dessus de la forêt (comprendre: la tyrolienne, que j’étais trop chicken pour tester), à Monkey Jungle. Lire la suite