10 choses à faire au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Qu’on l’ait visité dix fois ou qu’on songe à plonger le regard pour la première fois dans les eaux du lac Saint-Jean, la région des Bleuets propose des expériences variées pour tous les types de voyageurs. Grand comme l’Islande, le Saguenay-Lac-Saint-Jean est recouvert à 90% par la forêt boréale. Prêt à prendre d’assaut le pays des géants?

1-Faire du kayak sur le fjord et observer les bélugas

Piloté par l’équipe de la Coopérative V.E.R.T.E., voué au développement touristique et durable, OrganisAction – Le Québec Hors Circuits! offre des forfaits axé sur l’aventure et la nature. Celui baptisé Kayak Explo-Fjord permet d’explorer le majestueux fjord du Saguenay. Pendant trois jours, des guides expérimentés vous entraînent de Rivière-Éternité à la Baie Sainte-Marguerite. Phoques et bélugas peuvent être aperçus pendant l’expédition. Le forfait comprend l’équipement, les repas et l’hébergement en camping, les assurances responsabilités, des photos et la compensation de gaz à effet de serre pour le retour à la voiture. Prix par personne : 655 $ (taxes incluses).

2- Relaxer à L’Éternel spa, dans les monts Valin

Difficile de trouver un cadre plus idyllique pour décrocher. Quatre bassins d’eau chaude, un bassin naturel d’eau froide avec chute, un sauna sec, deux yourtes avec foyer, aires de repos intérieures et extérieurs et bistro santé : voilà ce qui vous attend à L’Éternel spa qui a ouvert ses portes à la fin de 2011. Différents forfaits sont proposés, notamment «Inspiration orientale», qui comprend notamment une exfoliation et un massage avec pierres chaudes. Le top : jumeler une randonnée dans la montagne à une visite au spa.

La suite sur MSN.ca! 

À lire également: récit de ma nuit dans une cabane dans les arbres, ma nuit dans une yourte, Que faire si je rencontre un ours?, Décrocher à L’Anse-Saint-Jean, Une journée au Zoo de Saint-Félicien, un spa à Chambord, l’auberge de jeunesse de Chicoutimi et l’ensemble de mes billets sur le Québec sur EnTransit.ca.

Pour me suivre sur Twitter: @technomade.

2012… déjà six mois

Il me semble être passée ici la dernière fois il y a 1000 ans. Il me semble aussi venir tout juste de m’habituer à écrire «2012» sur les contrats que je signe. Pourtant, les six premiers mois de l’année sont derrière (enfin presque). Déjà…

Il faut dire qu’entre les voyages, les mille et un articles à rédiger, les projets qui demandent du temps mais tardent à se concrétiser, mon nouveau contrat d’animatrice des médias sociaux pour TV5 (une vingtaine d’heures par semaine et sans bureau-prison), la coordo du magazine Fuga destination spa, la fermeture temporaire de la garderie (trois semaines de vacances pour l’éducatrice = tout autant de semaines de double shifts pour bibi), les (trop rares) activités familiales et le semblant de vie sociale que je tente de préserver, j’ai peu de temps pour coucher mes réflexions «sur écran». En fait, j’ai peu de temps pour réfléchir, point (ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose, remarquez).

Alors je vous résume ma vie pro depuis janvier 2012:

Voyages: Le Massif de Charlevoix en train, Québec pour le Carnaval, Grèce, Bahamas, Los Angeles, Walt Disney World (Floride), Italie, Whitehorse, Vancouver et Disneyland (Californie).

Articles publiés sur/dans: MSN.ca (plusieurs dans la section Voyage en plus de mon blogue EnTransit.ca, où je publie au moins trois billets chaque semaine), Le Huffington Post (trois), Ztele.com (cinq), Coupdepouce.com (trois), Métro (un), La Presse (un), et plusieurs dans le numéro printanier de Fuga destination spa. D’autres seront en kiosque plus tard cet été ou cet automne (dans Tendances, notamment) et des capsules vidéos tournées pour MSN.ca à Disney World seront bientôt en ligne.

Aussi: des collabos radios et télé et des billets pour Copines en cavale.

Une grande respiration avant d’entamer la seconde partie de l’année! Vous, ça va?

Si vous êtes curieux, mon premier billet pour le blogue de TV5: Virtuellement enchantée!

Bon été (tellement ma saison préférée)! :-)

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.

Comment vous faire détester d’un agent de bord

Facile, le métier d’agent de bord? Pas autant qu’il n’y paraît. Contraintes d’espace, clients difficiles, manque de respect… Quels comportements exècrent le plus ceux qui vous accueillent à bord? En voici dix.

1- Refuser de montrer sa carte d’embarquement à l’agent.

Auteure du blogue Les Chroniques d’une hôtesse de l’air, Élizabeth Landry est agacée par le manque de coopération de certains voyageurs. «Au moment de l’embarquement, nous demandons la carte des passagers parce que souvent, deux ou trois avions de notre compagnie partent simultanément. Il est déjà arrivé que des gens se retrouvent dans le mauvais avion. Alors ne me dites pas seulement où vous êtes assis: montrez-moi votre carte d’embarquement. Il y a une raison pour laquelle je veux la voir!»

2- Remettre en question les règles de base.

Toutes les agentes interviewées pour ce reportage l’ont mentionné: nombreux sont les passagers qui tentent de contourner les règlements. «Il faut ranger les sacs sous le siège ou dans le compartiment parce que c’est lors du décollage et de l’atterrissage qu’il y a le plus grand risque d’accidents, rappelle Véronique Shapiro, agente de bord depuis dix ans.

Qui a envie de recevoir votre valise chargée de documents en pleine poire? Surtout pas vous… Encore moins si ladite valise vous fait perdre conscience au moment où l’avion doit être évacué.

De la même manière, quand les agents de bord sont attachés, cela signifie que vous aussi, vous devez l’être. «Quand la lumière est allumée, il y a une raison, martèle Véronique Shapiro. Les règles dans un avion sont liées à la sécurité.»

3- Vous soûler.

L’altitude décuplant les effets de l’alcool, il est déconseillé de boire quand on prend l’avion. D’ailleurs, quand un passager arrive dans un état douteux, l’équipage ne le laisse même pas monter à bord. Une fois en vol, les agents peuvent également refuser de servir des boissons alcoolisées à quelqu’un qui semble avoir fait des abus.

«J’ai vu un jour un gars trop soûl qui insultait tout le monde, raconte Danielle (nom fictif), à l’emploi d’une compagnie aérienne depuis quatre ans. La police l’attendait à la sortie de l’avion.»

La suite sur MSN.ca!

À découvrir également: Dix choses que vous ne savez pas à propos des agents de bord.

Visite du marché central d’Athènes

Cette odeur d’olives ne trompe pas : nous sommes bien en Grèce. Dans quelques minutes, nous nous retrouverons au cœur du marché central d’Athènes, dans le secteur Athinas.

Il n’y a qu’à se laisser porter par nos sens pour savoir dans quelle direction aller. L’odorat et la vue, bien sûr, mais aussi l’ouïe. L’endroit est animé et les vendeurs tentent d’attirer notre attention par tous les moyens possibles.

Après les rangées d’olives (de toutes les couleurs, de toutes les tailles!), les fruits, les légumes, les épices, les légumineuses et les montagnes de saucisses, nous nous enfonçons dans le ventre du marché. À l’intérieur, l’atmosphère change du tout au tout.

Des poulets et des carcasses d’animaux pas toujours identifiables au premier coup d’œil garnissent les étals. Une tête de cochon (oui, au sens littéral) suspendue au-dessus d’une rangée de côtelettes attire mon attention. Je m’approche, pendant que mes compagnons de route furètent du côté des moutons exposés dans toute leur nudité. L’espace d’un instant, j’ai l’impression que l’animal cligne de l’œil. Trop de chips à l’origan? Note à moi-même : cesser toute consommation de cochonneries à saveur inhabituelle. Effectif immédiatement.

La suite sur le blogue de Danone

Mes autres billets sur la Grèce pour le blogue de Danone: Du yogourt grec… en Gréce! et Du miel, encore du miel, toujours du miel!

À lire également: mes billets sur la Grèce sur EnTransit.ca (MSN.ca).

Et des images vidéo tournées par le réalisateur Marc Cayer pendant notre séjour en compagnie des chefs Martin Juneau et Anthony Sedlak, ambassadeurs canadiens d’Oikos.

(J’étais l’invitée de Danone en février dernier, à l’occasion du lancement du yogourt grec Oikos au Canada.)

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.