Quatre ans autour du monde

J’ai beau partir souvent, rien ne vaut partir longtemps. C’est ce qu’ont fait Claire et Max, qui ont posé leurs sacs à dos dans 30 pays en quatre ans. Cette vidéo résume leur périple. Mise en garde: la regarder pourrait déclencher l’achat impulsif de billets d’avion…

Visitez aussi leur blogue, bien garni en reportages photos et en vidéos (j’adore leurs clips «making-of»!).

À surveiller également: le blogue Moi mes souliers, dont l’instigatrice, Jennifer, s’apprête à entamer un tour du monde.

Si on vous offrait un billet «tour du monde», quelles seraient vos escales?

MÀJ 1er décembre: Il semblerait que le tandem n’ait pas fait UN tour du monde, mais LE tour du monde… De courts voyages, comme le confirme Max dans un tweet: «Ce sont des sauts de puce de 48 à 72h selon l’emploi du temps de Claire. Nos grandes vacances, c’est quatre à cinq jours…» Aucun long séjour, donc! Désolée pour le malentendu!

(Via Claire&Max on Vimeo et @El3a et @moimessouliers sur Twitter)

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

La Suisse de James Bond

En pleine folie Skyfall, j’ai envie de partager à nouveau ce petit reportage que j’ai tourné en Suisse en 2011, plus précisément au Piz Gloria, restaurant pivotant construit expressément pour le film Au service secret de sa majesté (1969) au sommet du Schilthorn et où j’ai eu l’occasion de prendre le petit déjeuner.

L’histoire est hyper-intéressante, mais j’avoue ne pas avoir vu grand chose, le brouillard m’empêchant de voir les célèbres monts Eiger, Mönch et Jungfrau. Un autre endroit où je devrai retourner?

Pour en savoir plus: mon billet sur le sujet et l’ensemble de mes billets sur la Suisse  pour EnTransit.ca.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

10 raisons d’aimer Rome

Certains clichés ont leur raison d’être. Comment, par exemple, passer à côté de l’histoire et de la gastronomie à Rome? Quelques pistes à suivre pour un premier séjour réussi dans la capitale italienne.

1- Les «piazze»

Il y a tant à voir à Rome qu’on peut s’étourdir très facilement. L’un des grands plaisir reste pourtant sa découverte au pas de tortue. Difficile de passer à côté de la place du Capitole, construite par Michel-Ange à la Renaissance. Au cœur historique de la ville, la plus grande place, Navone (piazza Navona), est bordée de terrasses. On s’arrête pour admirer la fontaine de Neptune, manger un tartufo (crème glacée avec des fruits au centre au milieu et généralement couverte de chocolat) ou donner rendez-vous aux copains, comme le font les Romains. À la Place d’Espagne, qui doit son nom à l’ambassade qui s’est établi dans les parages au 17e siècle, un arrêt photo s’impose en haut grand escalier. Rome y apparaît dans toute sa splendeur.

La suite sur MSN.ca!

Et vous, pourquoi aimez-vous Rome?

À découvrir également: mes billets sur l’Italie sur EnTransit.ca.

Ce reportage a été réalisé en mai 2012 suite à une invitation de Vacances Transat.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

Votez pour Taxi-brousse!

Dans un moment d’étourderie, je me suis inscrite au concours du meilleur blogue voyage d’Opodo.fr (désolée, chers cousins européens, Taxi-brousse est pour moi un «blogue» et non «blog»;-). Comment voter pour Taxi-brousse? En vous rendant au bas de cette page (pas celle que vous êtes en train de lire, celle du lien), en cliquant sur «Répondre à cet article» et en inscrivant «Taxi-brousse».

Pourquoi voter? Pour me déclarer votre amour, bien sûr (!), mais encore? Pour gagner un bon d’achat de 150 euros chez Opodo.fr qui pourra servir lors de l’achat d’un forfait week-end. Le gagnant sera tiré au sort. Oui, c’est français. Et je suis d’accord, l’offre n’est pas du tout avantageuse pour les Québécois.

Et moi, si je gagne?  Je remporterai deux billets pour la Malaisie (avec Malaysia Airlines), une des destinations dont je rêve depuis plusieurs années.

Pourquoi je participe, alors que je passe déjà la moitié de l’année sur la route? Pour la Malaisie, bien sûr, mais aussi par curiosité. Qui êtes-vous, chers lecteurs? Taxi-brousse a-t-il toujours une raison d’être, près de cinq ans après sa création? Êtes-vous toujours au rendez-vous?…

P.S.: Ne vous inquiétez pas, loin de moi l’idée de vouloir répéter la campagne intense du «Second best job in the world». ;-)

P.P.S.: Profitez-en pour jeter un coup d’oeil aux autres blogues inscrits, il y en a plusieurs franchement sympa!

P.P.P.S.: Merciiiiii!

2012 en voyage

Îlet Oscar, Martinique, novembre 2012

En décembre 2011, la liste des destinations que je souhaitais visiter en 2012 ressemblait à ceci:  Costa Rica, Londres, Bali, Taïwan, Beyrouth, Tel Aviv, Croatie, Martinique,  Guadeloupe, Vancouver, Salt Spring island, Tofino, Whistler, Marrakesh/Essaouira, Barbade, Îles de la MadeleineYukon.

J’avais aussi ajouté (mais pas forcément pour cette année): Thaïlande, Kerala, Philippines, Vanuatu, Madagascar, Jordanie, Australie, Nouvelle-Zélande, Île Maurice, Maldives, île de la Réunion, Seychelles, Vietnam, Laos, Zanzibar, Bhoutan, Bahamas, Hawaii, Fidji, Corse, Alsace et Shanghai.

Mon calendrier 2012 a plutôt ressemblé à ceci:

Lire la suite

Ma première chronique à Libre-service

Hier soir, j’ai présenté ma première chronique voyages à Libre-Service, émission phare de la nouvelle chaîne MAtv (ex-Vox). Beaucoup de plaisir sur le plateau! La photo ci-jointe, prise avec Katherine Riva et Camille Dg quelques minutes avant d’entrer en ondes, le démontre bien.

Petite précision sur les forfaits tout-compris, dont j’ai parlé en début de chronique, puisque j’ai eu peu de temps pour élaborer. Oui, c’est possible de trouver des aubaines à 1000$ et moins pour une semaine. Ce qu’il faut savoir, par contre, c’est que plus on attend, moins on a de choix. En basse saison (au moment des ouragans par exemple), quand les gens voyagent moins, on peut dénicher des perles. Mais dans les périodes de pointe comme à Noël ou pendant la semaine de relâche, attendre la dernière minute est plus risqué.

En complément d’info, voici le lien d’une entrevue que j’ai réalisée avec Chris Myden, créateur du site Yuldeals.ca. Ce mordu de voyage scrute quotidiennement plusieurs sites pour dénicher des aubaines. Il a même lancé récemment un outil de recherche qui permet de trouver des aubaines dans des destinations soleil sur plusieurs sites simultanément. Un extrait de l’interview:

Les gens veulent toujours savoir s’il y a un meilleur moment dans la journée pour acheter quand on parle de voyage. Faites-moi confiance: il est impossible de deviner quand un billet d’avion sera réduit et les vraies bonnes aubaines sont complètement imprévisibles. Bien sûr, les voyagistes aimeraient que vous croyiez que le meilleur moment pour acheter est «toujours»!

Je conseille généralement de commencer à regarder les prix des billets des plus grandes compagnies aériennes plus de deux mois avant la date prévue du départ, en espérant les voir baisser. Règle générale, je dirais de garder un oeil une saison à l’avance. À moins d’un mois du départ, les prix peuvent grimper et ne jamais redescendre. Plus on se rapproche de la date, plus les prix vont monter, surtout si l’avion est presque plein. Lire la suite

Réflexions sur la nuit

536561_10151118917466039_1435435382_n

Une ville la nuit, c’est l’envers du décor. Le calme plat, ou, à l’inverse, le chaos. La vie ou la mort.

Je me souviendrai toujours de la noirceur de Ouagadougou, au Burkina Faso. Je ne crois pas, avant mon séjour là-bas, avoir vraiment vu la nuit. Dans certains quartiers, pas la moindre lueur. La vraie nuit noire. Inquiétante. Mystérieuse. Hypnotisante. Le phare de la mobylette sur laquelle j’avais pris place s’apparentait à une luciole égarée.

En contraste, les néons des mégapoles asiatiques ont ébloui la noctambule que je suis quelques années plus tard. Coincée à Taipei une nuit entière à cause d’un train manqué, je me suis baladée dans les rues désertes de cette ville si agitée pendant la journée. La sonnerie du 7 Eleven chaque fois qu’un quidam franchissait son seuil. Les rues nettoyées à grands jets d’eau. Un café Internet rempli d’assassins virtuels. Le son des premiers chariots-restaurants, au petit matin…. Des lumières partout.

Tente-t-on «d’effacer» la noirceur en la barbouillant ainsi?  De la noyer dans un océan de couleurs vives? De la coiffer d’un nimbe rassurant?

La suite sur le blogue de TV5.

Ça commence bien… en Martinique

Comme je l’ai mentionné à Ça commence bien ce matin, j’ai eu un gros coup de coeur pour la Martinique, particulièrement pour les Martiniquais. Ce qui m’a tant séduite, en résumé? La langue (c’est un département français), le métissage, l’éventail d’activités, la sécurité, la nature, la richesse culturelle, l’histoire, la bouffe, les plages, la mer, et, surtout, le sentiment d’égal à égal. Jamais je ne me suis sentie comme un portefeuille ambulant.

Je vous ouvre donc mon carnet d’adresses, étoffé au fil des rencontres. Car ce ne sont pas les lieux – si magnifiques soient-ils – qui me viennent d’abord à l’esprit quand on me demande ce que j’ai préféré, mais des gens. Lire la suite

Bons baisers de Martinique

Je suis en Martinique depuis dimanche. Vous dire à quel point je suis sous le charme! Comment ai-je pu attendre aussi longtemps avant de me rendre enfin sur «l’île aux revenants» (surnommée ainsi parce que tout le monde qui s’y arrête y revient forcément)?

Bien sûr, il y a les jolis paysages. Les plages. L’histoire. La gastronomie. Mais ce sont les Martiniquais eux-mêmes qui me donnent déjà envie de prendre un «abonnement vacances à vie».

Juste avant d’aller au lit, je vous offre quelques secondes de ma première nuit à St-Pierre… Bons rêves!

(Vidéo enregistrée sur le balcon de ma chambre de la Villa St-Pierre dimanche dernier.)

À découvrir également: Le bonheur est dans un hamac en Martinique.

Je suis l’invitée du Comité martiniquais du tourisme. Merci!

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

15 raisons de rester travailleur autonome

Sur la route vers Ankara, Turquie

Il m’est inconcevable de retourner un jour travailler dans un bureau. Voici une quinzaine de raisons. Il y en aurait tant d’autres…

1- Faire ce qui me plaît. Je n’accepte que les contrats que j’ai vraiment envie de faire. Une période creuse à l’horizon? J’en profite pour monter mes propres projets. J’adore les pitchs! Impossible pour moi de travailler sur des choses qui ne m’allument pas. Il faut que la petite flamme ait envie de danser…  Je n’ai jamais eu peur d’aller frapper aux portes, ce qui fait que j’ai rarement manqué de boulot (et que je ne suis pas blasée). Je varie les médias, aussi. Par contre, tout cela fait en sorte que la ligne entre le travail et le temps libre est très ténue. Oui, être passionné par son travail est à double tranchant. Mais je ne m’ennuie jamais.

2- Travailler en «mou». C’est le cliché ultime, mais comme tout cliché, il a ses raisons d’être. J’ADORE travailler à la maison en vêtements de yoga, en thai pants ou en pyjama. C’est incroyable le temps gagné à ne pas devoir m’habiller «convenablement» tous les matins, à me maquiller, à me coiffer et à me déplacer. (Surtout à me déplacer.)

3- Courir quand bon me semble. Pour m’aérer les idées, rien de tel qu’une bonne course. Je jogge généralement le matin, parfois l’après-midi. C’est bien ce que je préfère: j’y vais quand JE veux, aussi longtemps que j’en ai envie. À moi, les pistes quasi-désertes!

4- Grignoter toute la journée. Autant j’aime prendre des repas gargantuesques au resto, autant j’ai horreur de cuisiner. Je prends rarement de «vrais» repas quand je suis seule à la maison. Je mange un bout de pain par-ci, un bol de céréales par-là… à l’heure où j’ai faim, pas parce que C’EST l’heure. Je ne me nourris pas toujours très sainement, c’est vrai. Mais quand j’ai envie d’un bon potage ou d’un plat mijoté, il me suffit de faire quelques pas pour tout trouver dans mon quartier. Envie d’un verre de vin? Why not? Vive la spontanéité! (Vous l’aurez compris: prévoir le menu du jour à l’avance, très peu pour moi.)

5-  Pouvoir hiberner. L’hiver et moi, nous ne sommes pas exactement en bons termes. Si je n’ai pas envie de sortir, je reste chez moi (quand c’est possible, bien sûr)!

6- Faire la sieste.  Quand le mercure descend, mon moral pique aussi du nez. J’adore aller m’étendre les rideaux ouverts, au moment où le soleil est à son zénith, et roupiller une petite demi-heure (parfois plus). J’ai l’impression de recevoir une dose de vitamine D par intraveineuse. J’arrive (presque) à oublier la neige pendant un moment. Lire la suite

Du champagne… dans les arbres

J’ai eu la chance de me balader en Champagne pendant quelques jours au début du mois d’octobre. Je n’ai pas encore eu le temps de monter toutes les images tournées là-bas, mais vous pouvez déjà découvrir quelques vidéos sur EnTransit.ca, dont celle-ci, qui met en vedette le Perching bar, bar à champagne dans les arbres qui se trouve à une quinzaine de minutes de Reims. Un must si vous passez dans le coin!

À découvrir également: Bienvenue en ChampagneLa petite histoire du champagneEscale chez Larmandier-Bernier et Qu’est-ce que la biodynamie?.

Ce voyage a été réalisé grâce à une invitation de Vins de France. Merci!

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.