5 expos à voir à Montréal cet été

IMG_4824

Mosaïcultures Internationales de Montréal 2013

L’été passe toujours trop vite. Comme à chaque année, j’ai dressé la liste de tout ce que j’ai envie de voir pendant la belle saison. Voici cinq expos que je ne veux rater sous aucun prétexte!

1- Les Mosaïcultures

Gros coup de coeur pour cette exposition évolutive (elles poussent, les plantes!) qui semble rencontrer le succès espéré.  Comme je l’ai écrit sur EnTransit.ca, j’avais très peu d’attentes au moment de ma première visite. La créativité déployée m’a sciée. La deuxième fois, j’ai pris le temps de découvrir chacune des oeuvres.  Prévoyez au moins trois heures pour vous balader sur le site. Mieux: une journée entière!

Jusqu’au 29 septembre.

2- Les routes du thé, Pointe-à-Callières

Je suis folle du thé. Au-delà de mon amour pour le Oolong, consommé presque quotidiennement pendant les derniers mois de ma parenthèse taïwanaise, il y a le voyage, tant géographique qu’historique. «Les lointains débuts du thé s’enracinent dans une belle légende et remontent à l’an 2737 avant notre ère. La légende dit que l’empereur Shennong, très aimé de ses sujets et père de la médecine (il avait même appris aux hommes à faire bouillir l’eau avant de la boire), se reposait sous un arbre avec un bol d’eau frémissante afin de calmer son estomac dérangé. Un souffle de vent passe qui fait tomber quelques feuilles dans son bol. Goûtant ce breuvage, Shennong le trouve délicieux et en admire la couleur. C’est la naissance du thé…» Je trépigne d’impatience!

Jusqu’au 29 septembre.

3- De Philadelphie à Monaco: Grace Kelly – Au-delà de l’icône, musée McCord

J’étais tellement triste de rater l’ouverture de cette super-expo! Heureusement, il reste encore quelques semaines pour en profiter. Inédite en Amérique du nord, De Philadelphie à Monaco: Grace Kelly – Au-delà de l’icône retrace le parcours de l’actrice devenue princesse. Une centaine d’objets, d des photos et des archives nous aident à imaginer la vie de cette fascinante fille de la province.

Jusqu’au 6 octobre.

4- Dale Chihuly – Un maître du verre contemporain, Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM)

A priori, je n’étais pas spécialement attirée par cette expo. Mais les tweets, statuts et photos de copains qui ont été soufflés (sans jeu de mots!) par les créations de l’artiste considéré comme «le Tiffany de notre époque» m’ont convaincue. Le hasard m’a aussi amenée à découvrir ses créations à Las Vegas et St. Petersburg avant l’exposition de Montréal. Curieuse de le visiter à nouveau.

Jusqu’au 20 octobre.

5- Musée Urbain Montréal

Ce n’est pas une exposition dans un musée, mais bien une application mobile gratuite lancée l’année dernière qui permet de redécouvrir Montréal à l’aide de la réalité augmentée (je sais, je suis en retard!). En visant l’un des 150 lieux répertoriés avec la caméra de son téléphone intelligent, on voit apparaître des informations sur son histoire. L’application présentée par Historia et le Musée McCord a remporté le prix Or de la catégorie Multimédi’Art Interactif au Festival International de l’Audiovisuel & du Multimédia sur le Patrimoine (FIAMP) en octobre 2012. Elle est dans mon iPhone, ne me reste qu’à la tester!

*CONCOURS*

Vous aimeriez découvrir Les Mosaïcultures? Qatar Airways, l’un des principaux présentateurs de l’événement, offre deux paires de billets aux lecteurs de Taxi-brousse. Pour participer au concours, par ici! Vous avez jusqu’au 17 août, 17h, pour transmettre votre formulaire de participation. Le nom des gagnants sera tiré au sort.

MÀJ 18 AOÛT: Le concours est maintenant terminé. Les gagnants: Christophe Boucetta et Natalie Gauthier. Bonne visite!

Qu’est-ce que l’exotisme?

546403_10151180097921039_692171107_n

Est-ce s’exiler au soleil alors que le mercure descend sous zéro? Ou rentrer au pays un surlendemain de tempête de neige après avoir passé deux semaines les pieds dans le sable?…

Ces deux vidéos vous donneront un aperçu de ce qui nous attendait à notre retour. La première a été tournée deux jours avant notre arrivée, et la seconde présente le mont Royal comme je ne l’avais jamais vu, alors qu’un planchiste dévale ses sentiers enneigés. Malade (surtout les images du cimetière)!

TEMPETE NEIGE MONTREAL from Pauline Decroix on Vimeo.

Seb Toots Montreal snowboarding run from Seb Toots on Vimeo.

(Première vidéo via Anne-Marie Parent et la seconde, via Pierre Bellerose)

P.S.: BONNE ANNÉE!!!

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

Une image vaut mille mots

On m’a souvent demandé pourquoi j’avais choisi «Technomade» comme pseudo Twitter et Instagram (surtout les copains qui le prononcent à l’anglaise… ce qui change complètement le sens!).

Cette scène croquée par Kery Rabathaly alors que j’étais en plein boulot au marché Jean-Talon, hier, résume bien pourquoi. Dans mon sac rouge, il y avait aussi mon MacBook Air et mes écouteurs…

Techno + nomade = totalement moi.

P.S.: Merci Kery pour la «photo-réalité»!

Voyager en train avec des enfants

Aucun doute dans mon esprit: le train est le meilleur moyen de transport pour se déplacer avec la marmaille. Même avant qu’elle ne pointe le bout de son joli nez, ma fille et moi avons rejoint Madrid depuis Paris par la voie ferrée. Dix-neuf heures à sentir son petit coeur battre sous ma main et à regarder la ville se transformer en villages, en montagnes, puis à nouveau en ville. Dix-neuf heures à imaginer le sourire qui s’esquisserait bientôt sur son visage devant de tels spectacles.

Elle n’avait pas encore vu défiler une saison entière quand nous avons effectué le trajet Montréal-Chambord pour la première fois pour aller rendre visite à mes parents. Depuis, je ne calcule plus le nombre de fois où nous avons préféré les rails à la route. Si les départs étaient plus fréquents et que les retards l’étaient moins, c’est le roulis du train que je choisirais à tout coup pour voyager au pays. En Europe et en Asie, la question ne se pose même pas. À moins d’être très pressée et de devoir parcourir de trop longues distances, le train s’impose.

Se laisser bercer pendant quelques heures est une chose. Mais pendant 22 heures, temps nécessaire à l’Océan pour relier la métropole québécoise à Halifax? Quand j’ai demandé à ma fille – qui célébrera bientôt ses six ans – si elle avait envie de passer pas une, mais deux nuits dans un train (à l’aller et au retour), la réponse ne s’est pas fait attendre. Elle ne s’est pas contentée d’opiner: elle a littéralement explosé de joie.

La suite sur EnTransit.ca, blogue voyage de MSN.ca

 Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

Halifax-Montréal en clichés Instagram

Après deux jours à Halifax, nous avons repris le train vers Montréal. Le soleil s’est pointé juste à temps pour notre départ, nous faisant oublier la matinée grisâtre. Le temps de dîner, de lire quelques magazines avec Sandra pendant que nos filles jouaient, de souper et hop! c’était déjà l’heure du dodo.

Je me suis réveillée au petit matin, alors que nous venions de nous arrêter à Charny, près de Québec. Ma fille dormait toujours à poings fermés sur la couchette du dessus. Bercée par le roulis, elle n’avait aucune envie de se tirer du lit quand je l’ai réveillée!

Le trajet a-t-il vraiment duré 22 heures? Ni elle, ni moi, n’avons senti les heures s’égrener. Au contraire: nous aurions pu rester dans cette agréable parenthèse, somnolentes, encore un moment. «Maman, je ne veux pas m’en aller…» Aucun doute, j’ai transmis ma piqûre des voyages à ma progéniture.

Quelques images que je me suis amusée à traficoter avec différentes applications iPhone pendant le trajet. Les trains m’inspirent…

Lire la suite

Vivre Montréal

Aucun doute, l’été, Montréal est la ville la plus cool du monde. Le hic, c’est qu’année après année, je n’ai jamais l’impression d’arriver à «vivre la ville».

Cet été, pas question de travailler comme une dingue ni d’enfiler les voyages (du moins, j’essaie!;-). J’ai eu envie de profiter des festivals, des restos, du soleil et de voir ma famille et mes amis. Côté température, je dois dire que je suis comblée jusqu’à maintenant. Plus le mercure monte, plus mon moral est bon…

Mes coups de coeur de l’été 2012 à ce jour? Sans contredit le festival Osheaga, où je suis allée pour la première fois hier (quel bonheur de retrouver Garbage!) et la cuisine de rue du SOUK de Juste pour rire. J’ai honnêtement assez peu d’intérêt pour les spectacles d’humour en général, mais à cause de cet ajout, j’aurais voulu que le festival dure tout l’été.

 

Mon bémol: J’ai trouvé le concept des First Fridays sympathique, mais j’aurais préféré un cadre plus agréable que celui du parc olympique, avec plus d’arbres (et de points d’ombre!), plus de camions… et des files d’attente moins longues. Il faut dire que j’ai assisté à la troisième et dernière édition (du moins, pour cette année), qui se déroulait en même temps qu’une foule d’autres événements.

Des regrets: avoir raté tous les brunchs CarrousseL de cette «pop-up brasserie» et être allée au SOUK du festival Juste pour rire seulement deux fois.

Vous visitez Montréal pour la première fois? Après avoir testé les classiques (la poutine de La Banquise, celle au foie gras du Pied de cochon, le smoked meat de Schwartz’s…), quelques suggestions: Lire la suite

De Montréal aux Îles de la Madeleine

Cette photo a été prise vendredi, vers 14h, soit une heure avant notre départ en bateau vers les Îles de la Madeleine. J’ai l’impression que c’était il y a un mois…

Lire la suite

Beaucoup de bruit… sûrement pas pour rien

Je fais partie de ceux qui n’ont pas manifesté contre la hausse des frais de scolarité, mais qui sont sortis de leurs gonds à l’annonce de la loi 78. Peu importe ce qu’on pense de la grève étudiante, il me semble inconcevable d’appuyer pareille absurdité.

Il y a à peine quelques jours, j’avais envie de fuir la belle province. J’étouffais sous le poids de ces discours tantôt moralisateurs, tantôt convenus, de part et d’autre. Aujourd’hui, j’ai plutôt envie de me planter les pieds au sol pour voir ce qui germera au cours des prochains mois (remarquez, ça me passera sûrement, mes racines préférant nettement le vent à la terre…).

Il me rassure, ce concert de casseroles qui prend de plus en plus d’ampleur, soir après soir. Mon Québec (car ce n’est plus qu’un phénomène montréalais) n’est peut-être pas si léthargique, après tout.

Idem pour moi.

J’ose espérer que tous ces voisins qui ont usé leurs cuillères de bois côte à côte continueront de se regarder après la fin du concert. Que ce n’est pas qu’une question d’idées, mais aussi de rythme. Que chacun se souviendra que l’harmonie jaillit parfois d’une certaine cacophonie. Et que le sourire peut-être plus redoutable que la colère.

Deux vidéos de 15 secondes tournées avec l’application Viddy dans le Vieux-Longueuil, ce soir, alors que la foule (évaluée à 500 ou 700 personnes à certains moments, selon les sources) se disperçait tranquillement.



P.S.: Pas de casserole sous la main? Procurez-vous iCassolator;-)

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.

Only in Montréal

MÀJ 17h30: L’une des filles qui apparaît sur le cliché vient de me demander de retirer la photo. Sincèrement désolée.

Hier, a eu lieu une manifestation «historique» à Montréal (dixit La Presse – on en parle également ici et , notamment), visant à dénoncer la hausse des droits de scolarité.

Désormais, quand mes amis étrangers me demanderont de leur décrire la métropole, je leur montrerai simplement cette photo. Elle résume pour moi parfaitement ce qu’est Montréal en 2012, au-delà de la vague de solidarité engendrée par la révolte des étudiants. À elle seule, elle en dit plus que n’importe quelle analyse concoctée par une escouade d’experts. On peut même y dénoter un résultat concret du changement climatique (pour les lecteurs étrangers, il faisait 26 degrés hier, alors que la température habituelle à cette période de l’année tourne autour de 3)…

Merci au photographe David Champagne d’avoir croqué la scène et, surtout, de l’avoir partagée.

Mon salon du livre 2011

Le Salon du livre de Montréal vient de prendre fin. Comme à chaque fois que je termine un salon, je vis un petit deuil. Un peu comme au retour d’un voyage. (Remarquez, j’ai drôlement apprécié mon «linge mou», mon pot de Nutella et ma doudou, aujourd’hui.;-) Lire la suite

Mes séances de dédicaces au Salon du livre de Montréal

Que j’ai hâte au Salon du livre de Montréal! Ayant raté celui du Saguenay, ce sera mon premier salon de l’automne. Viendrez-vous me saluer au stand 546?

Les moments où j’y serai pour la série d’albums Lily Têtue:

Vendredi : 18 h 30 à 19 h 30
Samedi : 10 h à 11 h, 12 h à 13 h et 17 h à 18 h
Dimanche : 10 h à 11 h et 12 h à 13 h

Pour connaître les horaires des autres auteurs des éditions La Goélette, par ici.

Le Salon du livre de Montréal se tiendra du 16 au 21 novembre 2011 à la Place Bonaventure.

Au plaisir de vous y croiser!

Montréal vu par…

Depuis la semaine dernière, je voyage à travers les yeux de ma belle-soeur et de sa famille. Comment décrire le Montréal de Cécile et Olivier, couple sénégalo-français propriétaire d’un restaurant dans le Beaujolais? De Gildas et William, leurs jumeaux de 15 ans, et de Laetitia, 8 ans?

Je dirais que pour le moment, avant même d’évoquer leurs coups de coeur, tous seront d’accord sur un point: on marche, à Montréal! Il faut dire que la guide improvisée que je suis ne réalise pas toujours les distances parcourues, habituée à arpenter la ville de long en large en usant ses souliers.

Après les avoir emmenés dans le Montréal souterrain, le quartier chinois, le Vieux-Montréal (notamment chez Müvbox), chez Swartz, sur le Plateau Mont-Royal (avec arrêt à La Banquise, bien sûr), au parc Lafontaine, sur le mont Royal, au Biodôme (un hit!) et au cinéma de Longueuil (!), ils ont mis le cap (sans moi) sur les chutes Niagara ce week-end avec Chéri (z’ont adoré). Je reprends le flambeau dès aujourd’hui pour leur faire découvrir Tadoussac et Québec. J’irais bien à pied, mais pas certaine qu’ils me suivraient… ;-)

Je vous raconterai.

P.S.: Merci à Catherine Morellon de Tourisme Montréal, qui m’a donné une foule de bonnes idées (pas facile de plaire à tout le monde!). Je réalise toutefois que les classiques restent les classiques…

Autres textes sur Montréal: Montréal géotouristique, Le Plateau a des pattes d’oie, Nostalgie montréalaise, Initiation poutine, et mes billets consacrés à la métropole sur EnTransit.ca.

D’où viennent les codes des aéroports?

Grande question existentielle ce soir, dont j’ai trouvé (en partie) la réponse sur le blogue d’enRoute, sous la plume du commandant Doug Morris:

La plupart de ces codes sont dérivés de toponymes ou de noms d’aéroports. Aux débuts de l’aviation, le National Weather Service américain utilisait deux lettres pour identifier un aéroport. De nos jours, les codes de trois lettres sont attribués par l’Association internationale du transport aérien (IATA). DEN, c’est évidemment Denver, au Colorado. L’aéroport international O’Hare de Chicago est ainsi nommé en l’honneur du capitaine de corvette Edward O’Hare, mais il est situé sur le site d’un petit aérodrome civil, Orchard Field, d’où l’indicatif ORD, qu’on a toujours conservé.

Mais alors, pourquoi les codes des aéroports canadiens débutent tous par un «Y»? Réponse de notre commandant:

Les aéroports canadiens dotés d’un service météorologique ont  reçu l’initiale Y. Les codes YVR pour Vancouver ou YWG pour Winnipeg sont limpides, mais l’Aéroport international Pearson de Toronto, le plus achalandé du Canada, a hérité du curieux YYZ. Certaines agences de voyage désignent Toronto par YTO, mais il s’agit en fait d’un code urbain qui englobe non seulement YYZ, mais aussi YKZ (aéroport municipal de Buttonville) et YTZ (aéroport du centre-ville de Toronto). On emploie aussi parfois un Z, comme dans ZBF, pour Bathurst, au Nouveau-Brunswick.

Mais encore? Un article publié en 1994 dans le magazine de l’Air Line Pilots Association, Air Line Pilot, m’éclaire: Lire la suite

Une NerdZ à La Ronde

Bien que j’aie beaucoup de plaisir sur un plateau de tournage, c’est sur le terrain que je m’éclate généralement le plus. Quand le sujet touche en plus deux de mes grandes passions, dans ce cas-ci le tourisme et la techno, le plaisir est doublé! Je viens de tomber sur ce topo tourné à la fin de l’été dernier à La Ronde pour La Revanche des NerdZ

Avec François-Étienne Paré, Pascal Forget et François-Dominic Laramée à La Ronde (Crédit: Nathalie Harrison)

Et pour ceux qui se demandent quel réseau social sert à quoi, je consacre ma chronique de cette semaine au sujet. C’est ici (en fin d’émission).

Émission tournée à l'hôtel W et diffusée le 14 février 2011

Pour en savoir plus sur l’émission La Revanche des NerdZ et visionner les émissions en ligne, rendez-vous sur Ztélé.com.

Un spa unique au monde

Vue sur le silo no. 5 depuis l'un des ponts.

J’ai eu la chance de tester les bains du nouveau spa sur l’eau Bota Bota, dont c’était l’inauguration hier soir, au Vieux-Port de Montréal. J’en parle ici.

Aucun doute: je recommanderai désormais à tous les copains de passage à Montréal d’aller admirer la vue depuis cet ancien traversier complètement revampé. Wow.

Vue sur le Vieux-Montréal