Sur la route…

Diarios de motocicleta

Qui n’a pas rêvé d’avaler les kilomètres façon Easy Rider, Diarios de motocicleta ou encore Thelma et Louise (sans la fin tragique, bien entendu)? Pour plusieurs, prendre la route est synonyme de liberté. Et l’occasion de s’offrir un véritable buffet de chocs culturels!

Jean-François Perreault, chef rédacteur, a sillonné les routes des États-Unis pendant six semaines avec sa copine et un collègue de travail en 1998. Le trio s’est donné comme objectif de faire un tour complet du pays en évitant les grandes villes et en découvrant les parcs nationaux. «Tout le long, on a couché dans nos tentes, transporté notre glacière et notre four de camping. Pour l’automobile, on avait eu droit à une promotion spéciale (location d’un mois, kilométrage illimité et pas de restriction pour les États-Unis). T’aurais dû voir la gueule du gars lorsqu’il a vu le compteur à notre retour…»

La suite sur Canoë! (attention, le texte se poursuit sous la pub)

D’autres souvenirs de route

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Des hôtels hauts en couleurs

En vacances, pas question d’avoir les idées noires. Ça commence par le choix de l’hôtel où vous irez vous reposer après une longue journée d’exploration. Voici cinq établissements anti-cafard!

1 – Pantone hôtel, Bruxelles, Belgique

Ouvert en mai, le tout nouveau Pantone hôtel fera assurément rêver tous les fanas des produits Pantone Universe. Le blanc des murs et la literie sert de toile de fond au ballet des couleurs. Le photographe belge Victor Levy s’est amusé à décliner les teintes Pantone afin de personnaliser chacune des chambres. Impossible que l’une des cinquante-neuf suites et chambres ne corresponde pas à votre état d’esprit! Bien sûr, les produits Pantone Universe sont aussi exposés et vendus.

Info: www.pantonehotel.com

2 – Madonna Inn, San Luis Obispo, Californie, États-Unis

Non, rien à voir avec la chanteuse du même nom. Ce haut lieu du kitsch se la joue tantôt «Vieille Europe» (on trouve notamment les chambres «Paris Violet» et «Austrian Suite»), tantôt «nature» (un urinoir en forme de cascade…). Velours, dorures et tout ce qui peut entrer dans la catégorie «trop» y occupent une place de choix. Ouvert en 1958, l’établissement est entré dans la légende. Des scènes de films y ont été tournées et The Simpsons en ont même fait une parodie! Perso, j’opterais pour la rose Carin… Tant qu’à faire «quétaine», autant y aller à fond!

Info: www.madonnainn.com

La suite sur Canoë !

Liste de différentes chroniques sur des hôtels inusités

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Les vélotaxis, version écolo-chic des pousse-pousse?

Ils ont envahi les rues des plus grandes villes d’Amérique et d’Europe. Qu’ils s’appellent Pedicabs, Éco-triporteur ou Cyclopolitain, les vélotaxis, tricycles à assistance électrique, ont le vent en poupe. La mode écolo serait-elle en train de «glamouriser» les bons vieux pousse-pousse?

***
Je me souviendrai toujours de lui. La cinquantaine. Un large sourire. Obstiné, aussi. Il m’a suivie pendant deux coins de rue, à Phnom Penh, pour me convaincre de monter à bord de son pousse-pousse. Moi, l’Occidentale, je refusais catégoriquement l’idée d’exploiter qui que ce soit. L’homme n’est pas un cheval! Dans ses yeux, je voyais la blancheur de ma peau et tout ce qui venait avec. Malaise.
Je n’avais rien compris, bien sûr. Devant son insistance, j’ai réalisé que c’était à son repas du soir que je disais non. Les clients se faisaient rares. Je suis montée à bord et lui ai demandé de me déposer quelques mètres plus loin. Quand j’ai sorti mon appareil photo pour lui tirer le portrait, son regard s’est teinté de fierté.

C’est à lui que je pensais en montant à bord de l’un des tout nouveaux Blue Bike, à Versailles, en avril dernier. Ces vélos électriques sillonnent le centre-ville et les environs du château depuis ce printemps. À leur bord: des touristes comme des gens du coin. Une balade fort agréable, qui permet d’admirer le paysage tout en discutant avec le chauffeur.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous? On trouve aussi des vélotaxis à Québec!

Archives de mes chroniques Choc des cultures

Reportage vidéo sur les Blue Bike

L’Ouest canadien tel que vous ne l’avez jamais vu

Ce n’est pas parce qu’on habite un pays qu’on le connaît, surtout quand il a la taille du Canada! Voici cinq choses insolites à découvrir sans même devoir sortir votre passeport.

1. Des serpents au Manitoba

La petite municipalité de Narcisse, située à environ 130 km au nord de Winnipeg, détient le record de la plus grande concentration de couleuvres au monde!
Ces couleuvres rayées à flanc rouge, aussi connues sous le nom de serpents-jarretières, sortent par dizaines de milliers après la fonte des neiges. Il paraît qu’on peut les entendre de très loin…
Envie d’aller leur rendre visite? Le gouvernement du Manitoba vous explique comment vous rendre et préparer votre périple.
La suite sur Canoë: Piste d’atterrissage pour OVNI en Alberta / Bienvenue à Vulcan, Alberta / Une pyramide en Colombie-Britannique / Glacier à explorer, Alberta

Toutes mes chroniques «Choc des cultures»

Les desserts les plus étranges de la planète

Nous avons les «pets de sœur», les Français ont leurs «religieuses» et leurs «comptables». Mais en matière de gâteries, il n’y a pas que les noms qui suscitent parfois l’étonnement. Certaines saveurs peuvent causer de véritables chocs gustatifs! Cinq exemples.
1. Crème glacée… au Viagra
Au Venezuela, plus précisément à Mérida, la crèmerie Heladeria Coromoto est reconnue pour son grand choix de saveurs. Avec ses 900 parfums, elle figure au Guinness World Records depuis plusieurs années. Les goûts plus inusités? Thon, asperges, Coke, et Viagra, pour ne nommer que ceux-là. On ne mentionne nulle part les « effets secondaires » de la glace à base de pilules bleues, cependant…

2. Douceurs… aux haricots

Quiconque débarque en Asie pour la première fois découvre avec étonnement la place de choix du haricot rouge dans les desserts. Gâteaux aux fèves, crème glacée aux fèves, bonbons aux fèves… le haricot rouge est partout! Il est presque toujours consommé sucré, bouilli avec du sucre. La pâte de haricots rouges couramment utilisée dans les cuisines chinoise, vietnamienne, japonaise et coréenne.

3. Dondurma… aux «testicules de renard»

Ah! La Turquie. Elle évoque la mer dans toute sa splendeur, les bazars bigarrés, les sultans et leurs harems… Mais voilà que l’exotisme prend soudainement une autre saveur quand on découvre cette spécialité locale. Le dondurma est un dessert glacé à la fois ferme et élastique. Rassurez-vous, toutefois: les testicules de renard dont il est question ici sont en réalité des tubercules d’orchidées sauvages, dont la forme s’apparente aux attributs de l’animal… Une vidéo hilarante dénichée sur La Soif du Miam donne une bonne idée de la texture de cette glace particulière:

La suite sur Canoë!

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

(Sources: Travel + leisureAdzuki Bean, Wikipedia, Venezuela Information Office et Le Festin de Doudette)

Hôtels et célébrités

Certains hôtels seront à tout jamais liés à des stars, soit parce qu’elles y ont résidé à des moments charnière de leur vie ou parce qu’elles y ont rendu leur dernier souffle. Huit endroits qui ont vu défiler des célébrités.

1. Hôtel Reine Élizabeth, Montréal

Du 26 mai au 2 juin 1969, John Lennon et Yoko Ono ont tenu leur «bed-in» dans la chambre 1742 de l’établissement montréalais. Les journalistes se sont succédés pour entendre le message du couple qui dénonçait la guerre du Vietnam en pyjama. Selon John et Yoko, si tout le monde passait une semaine au lit, il n’y aurait plus de guerre… La chanson Give peace a chance a été créée dans cette chambre. C’était le second bed-in pour la paix du couple.

2. Hôtel Adlon Kempinski, Berlin

Impossible d’oublier la scène: les images du roi de la pop brandissant fièrement son bébé Prince Michael II enveloppé dans une couverture par la fenêtre de la suite présidentielle du Pariser Platz de l’hôtel Adlon Kempinski, à Berlin, ont joué en boucle dans les bulletins de nouvelles des quatre coins de la planète. C’était en 2002. Michael Jackson a été vertement critiqué suite à cet élan spontané, qui mettait en danger la vie du poupon. Depuis, l’enfant porte le surnom de «Blanket» en référence à cet épisode.

3. Hôtel Roosevelt, Hollywood

Le bruit court que Marilyn Monroe hante les couloirs de cet établissement. L’actrice y a posé alors qu’elle était mannequin et y est retournée à plusieurs reprises par la suite. Son spectre n’est pas le seul à avoir été aperçu puisque l’acteur Montgomery Clift résiderait toujours dans la chambre 928, des années après son décès… Houuuu!

La suite sur Canoë!

À lire également:

Voyager… à poil!

Le naturisme, pour certains, est un mode de vie. Au point que le choix d’une destination est conditionnel à sa politique «vêtements optionnels». Jouer les Adam et Ève en vacances… la vraie liberté?

Traditionnellement, certains endroits se visitent nus, exclusivement nus. Pensez aux sources d’eau chaude au Japon ou aux bains turcs. Au pays du soleil levant, il existe même un festival célébrant la nudité, le Hadaka Matsuri, ou, en français, «hommes nus» (j’en avais glissé un mot ici). L’objectif de ce défilé d’hommes couverts d’un tout petit pagne? Mettre sa virilité à l’épreuve et attirer la chance… Mais je m’égare.

N’empêche, dans certaines cultures, la nudité semble plus naturelle qu’ailleurs. Le compte-rendu d’un «Café géographique» tenu en France, où il a notamment été question des observations d’Emmanuel Jaurand, de l’université Paris XII, s’avère fort intéressant: «Le naturisme germanique est très ancien et très ancré culturellement. La nudité est banalisée sur les plages, les parcs urbains, à la campagne. Dans la Constitution néerlandaise, il y a même un droit à la nudité quand elle ne choque pas autrui. Au Danemark, le nudisme est autorisé partout, y compris sur les plages de secteurs urbains, à l’exception de deux plages dans le pays!»

La suite sur Canoë

D’autres infos sur le naturisme

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»


L’amour autour du monde

On ne séduit pas de la même manière à Dakar qu’à Tahiti. Certains mythes méritent aussi d’être déboulonnés. Juste à temps pour la saison des amours, tour du monde en 1001 rites amoureux.
La suite sur Canoë!

En vrac: d’autres rituels

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Tendance surf

Camille et l'océan (Photo: Alex Casabon)

Ils sont de plus en plus nombreux à prendre d’assaut les vagues de la Californie, du Mexique ou de Hawaii. Sans parler du surf de rivière, qui compte maintenant de nombreux adeptes! Les Québécois, des surfeurs qui s’ignorent… de moins en moins?

Véronique Beaupré, copropriétaire du salon de coiffure Local B, s’est intéressée au wakeboard il y a cinq ans. «Après avoir arrêté de fumer, je cherchais des sports qui me permettraient de me défouler. J’ai commencé par faire du wakeboard et du snowboard. J’ai surfé pour la première lors d’un voyage dans le sud du Mexique, à Barra de Navidad, parce que j’avais une copine qui avait une maison dans ce coin-là.»

Malpais, Costa Ricas (Photo: Sarah Bergeron-Ouellet)

Depuis, celle qui coiffe plusieurs des plus belles têtes du showbiz québécois choisit ses destinations en fonction du surf. Elle s’est rendue à plusieurs reprises à Sayulita, au Mexique, mais aussi à Malpais, au Costa Rica, à Hampton Beach (New Hampshire), à Coco Beach (Floride), à Hawaii et au El Salvador, où des Québécois ont ouvert un complexe hôtelier pour les amateurs de planche baptisé Surf Eldorado.

«C’est vraiment l’idée de décrocher qui me plaît, dit-elle. Aller dans le Sud, c’est le fun, mais avec le surf, je me sens encore plus en vacances. Ça me procure un sentiment de bonheur, de liberté. C’est toi et l’océan. Tu prends ton temps, tu peux observer la nature. Oui, c’est surtout le sentiment de liberté que j’aime.»

Le sport a également changé sa façon de voyager. «Le surf permet de découvrir un pays d’une autre façon, par les routes secondaires. Les spots de surfs ne sont pas forcément dans les circuits touristiques habituels.»

Camille Desrosiers et Alex Casabon (Photo: Justin Marineau)

La suite sur Canoë

Les spots favoris de Véronique Beaupré, Camille Desrosiers et Étienne Marcoux

Le saviez-vous?

Archive de mes chroniques «Choc des cultures»

15 choses à ne pas faire en voyage

1. Faire le rigolo avec les douaniers. Peut-être trouverez-vous amusant de vous faire arrêter pour avoir mentionné la bombe imaginaire que vous transportez, mais pas nous.

2. Aller prendre l’avion paré de vos plus beaux bijoux. Si le look «arbre de Noël» vous va à ravir, sachez que la «période de réjouissances» n’aura certes pas lieu sous les détecteurs de métaux.

3. Vous baladez dans les rues d’un pays réputé pour son taux élevé de criminalité paré de vos plus beaux bijoux (si vous survivez aux détecteurs). Le look «arbre de Noël» ira certainement tout aussi bien aux voleurs qui croiseront votre chemin.
La suite sur Canoë!

Bienvenue à bord du Transsibérien

L’arrivée de Google Street View a créé une petite révolution chez les voyageurs. Avant même de nous rendre dans une contrée, il nous est maintenant possible de nous balader dans ses rues (si, bien sûr, elle fait partie des coins de pays sélectionnés par le géant américain). Voilà que Google nous invite maintenant à monter à bord du mythique Transsibérien.

La suite sur Canoë

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Quand Toutou fait le tour du monde

Se séparer de son chien ou de son chat quand on va faire tourner des ballons sur son nez? De plus en plus de propriétaires d’animaux de compagnie refusent. En parallèle, des globe-trotters à quatre pattes (et je ne parle pas des touristes qui excellent dans le lever du coude…) défraient la manchette un peu partout sur la planète. Il était temps, ma foi, que je me penche sur ce phénomène de la plus haute importance…

Il s’appelle Oscar et il a traversé 29 pays sur cinq continents en six mois en 2009. Sa maîtresse, Johanne, lui a permis de poser devant la Tour Eiffel, la Tour de Pise, les lettres de Hollywood, la Place Rouge de Moscou, le Sphinx, la Grande Muraille de Chine, la Statue de la Liberté et le Taj Mahal. Il a même pu se balader à dos d’éléphants et en hélicoptère! Nommez-moi un autre chien – à part Milou – qui a autant de millage au compteur et je vous offre un os!

La suite sur Canoë

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Les plus belles vues du monde

Monastère de la Panaghia Chozoviotissa, en Grèce (© Keytsone Press)

Vous savez, ce moment où l’expression «à couper le souffle» prend tout son sens?

La semaine dernière, j’ai demandé à des voyageurs de me raconter ces instants de grâce où aucun mot ne semble assez puissant pour décrire la beauté du paysage qui se profile devant eux.

La suite sur Canoë

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Routes mythiques pour aventuriers passionnés

De tous les temps et sur tous les continents, les gens ont voyagé. Que ce soit pour faire du commerce, fuir l’ennemi ou simplement longer la côte, les baroudeurs ont effectué les mêmes itinéraires, dont certains sont devenus mythiques. Cinq routes pour revivre l’histoire… à sa façon.

1. La route 66

On s’imagine traverser ses 3 943 km à moto façon Easy Rider, en stop comme Jack Kerouac ou en décapotable avec la chanson qui porte son nom à tue-tête, version Rolling Stones (l’originale est de Bobby Troup)…

La suite sur Canoë

Toutes mes chroniques Choc des cultures

6 gadgets de voyage qui peuvent rester à la maison

Le marché regorge de machins, bidules et autres patentes qui vous promettent un séjour sans anicroche, loin des voleurs et des soucis. En voici quelques-uns dont l’utilité est, disons, discutable…

1. Le «brief safe»

Comment s’assurer qu’un voleur ne trouvera pas la rondelette somme que vous dissimulez dans votre chambre d’hôtel? En la glissant dans une paire de culotte barbouillée de résidus fécaux (en bon français: «une trace de break»). On nous suggère de la laisser bien en vue sur le dessus du panier à linge à la maison, dans la machine à laver (deh?) ou dans notre valise, en voyage, histoire que les voleurs les repèrent et en restent loin. Un hic cependant: pas de livraison au Canada. Vous croyez qu’on s’en remettra? Info: SHOMER-TEC

2. Le rouge à lèvres vaporisateur de gaz poivré

Imaginez la scène. Vous vous trouvez devant un agresseur. Vous lui décocher un regard déterminé et plaidez: «Attendez monsieur avant de m’attaquer, je dois absolument mettre du rouge à lèvres!» Vous dégainez votre tube et ta-dam! En un clin d’œil, un jet poivré s’échappe de l’objet et brouille la vision du vilain. Avouez qu’il fallait y penser. En vente sur Alibaba.com, ici.

La suite sur Canoë!

(Je l’ai écrit au bas de l’article mais le répète ici: merci à Nathalie Rivard, Jean Lessard, Penelope McQuade et Sophie pour leurs suggestions sur Twitter!)