Les hôtels griffés ont la cote

Depuis quelques années, les plus grands designers s’amusent à faire la décoration des hôtels les plus luxueux de la planète. La tendance ne semble pas sur le point de s’essouffler. Elisabetta Gucci s’apprête à lancer une chaine portant le nom de son illustre père et deux hôtels Louis Vuitton devraient bientôt accueillir les jet-setters au sultanat d’Oman et en Égypte. Six exemples de mariages réussis entre la mode et l’hôtellerie.

1. Armani Hotel Dubai

Inauguré en mai 2010 après cinq années de boulot, l’établissement du célèbre designer se trouve au 39e étage de Burj Khalifa, plus haut édifice au monde. Équipées de mobilier signé Armani Home, l’hôtel compte 160 chambres luxueuses, huit restaurants et un spa. Le couturier ne compte pas s’arrêter là: d’autres établissements signés Amani devraient voir le jour à Milan, Marrakech, à Londres, New Yok, Shanghai, Tokyo et Marassi en Égypte.

2. Hôtel Claridge, Londres

La designer Diane Von Furstenberg a assuré la redécoration des chambres de cet hôtel cinq étoiles (http://www.claridges.co.uk/) qu’elle fréquente depuis près 30 ans. Depuis juin 2010, les visiteurs peuvent ainsi poser leurs valises dans l’une des vingt oasis repensées par l’artiste. «Au départ, je croyais que ce serait un projet léger, mais finalement, l’idée n’était pas seulement de rafraîchir l’hôtel, mais de tout faire dans les chambres, les meubles, tout», a confié la créatrice de la légendaire «wrap dress» (robe portefeuille) à The Wall Street Journal.

3. Palazzo Versace, Gold Coast et bientôt Dubai

Depuis septembre 2000, le Palazzo Versace accueille les visiteurs les plus glamour. Situé sur la Gold Coast australienne, ce premier hôtel boutique imaginé par le couturier s’inspire de son pays d’origine. Un second établissement portant la griffe de la marque ouvrira ses portes en 2011 à Dubaï. Bien sûr, l’exubérance est au rendez-vous. Comme l’établissement australien, l’hôtel comptera une piscine rappelant un lagon.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»


Top tendances, les guides bénévoles!

Mercedes, notre «Cicerones», au café Tortoni

De plus en plus de villes proposent les services de guides bénévoles. Qu’on les appelle «greeters» ou «Cicerones», leur objectif est le même: vous faire découvrir leur coin de pays à leur manière, de façon personnalisée et adaptée à vos intérêts.

Lors d’un voyage éclair à Buenos Aires en novembre dernier, j’avais du mal à déterminer les endroits à privilégier. Comme je ne connaissais personne sur place, j’ai contacté Cicerones, qui offre les services de guides bénévoles. Deux jours après mon arrivée, j’ai fait la connaissance de Mercedes, avec qui l’organisme m’avait mise en contact par courriel quelques jours avant mon départ. «Montre-moi ton Buenos Aires, lui avais-je demandé. Les endroits que tu préfères, dont celui où il est possible de manger la meilleure crème glacée au dulce de leche

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»


Voyages virtuels dans le temps

Qui a dit que l’histoire et la technologie n’étaient pas compatibles? De plus en plus de projets permettent de faire revivre le passé en présentant des reconstitutions 3D dans des sites touristiques. Trois exemples.

1. La Rome antique

Imaginez déambuler dans les rues de la capitale italienne à l’époque de Jules César. C’est ce que propose 3D R3wind Rome, concocté par des équipes de l’Université de Virginie et de UCLA – University of California, Los Angeles. «Le projet a été lancé en novembre 2008, explique Annamaria Carrer, directrice générale. Mais à ce moment, seuls les étudiants et les citoyens y avaient accès.»

Depuis juillet 2009, les touristes peuvent eux aussi «incarner» des habitants de la Rome antique en se rendant au musée, situé à deux pas du Colisée.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous?

Archives des mes chroniques «Choc des cultures»

Les 10 commandements du voyageur immobile

Vous faites partie de ceux qui restent sagement à la maison pendant les vacances? Et si c’était vous qui faisiez des envieux cette année? Quelques consignes à respecter à la l-e-t-t-r-e pour y arriver!
1. La grasse matinée, tu t’imposeras.

Pendant que les copains se lèvent à l’heure des poules pour ne rien manquer des contrées exotiques qu’ils visitent, on fait de l’oisiveté son objectif. Se lever le plus tard possible, manger au lit, regarder des dessins animés… rien de trop beau pour les paresseux assumés!

2. À la plage, tu lézarderas.

Bon, d’accord, ce n’est pas la mer. Mais peu importe où vous habitez au Québec, il est possible de trouver un plan d’eau où faire trempette. Besoin d’inspiration? Voici cinq plages près de MontréalQuébecVacances.com répertorie pour sa part celles de toute la province.

3. Un marathon télé, tu t’offriras.

Les jours de pluie, on s’attaque enfin à toutes ces séries avec lesquelles les collègues nous ont rabâché les oreilles au fil des semaines. On se la jouera ensuite autour de la machine à café: «J’ai passé mes vacances avec Kiefer Sutherland»…

La suite sur Canoë!

Archives des mes chroniques «Choc des cultures»

Les hôtels les plus «crades» de la planète

Quand je pense aux pires endroits où j’ai logé en voyage, j’hésite entre donner le titre du plus miteux à cet hôtel de Krabi, en Thaïlande, avec des rats aussi gros que des chats, ou à ce motel de Virginie où j’ai découvert une immense tache brune sous le lit en chassant un mulot…

Nous avons tous des histoires d’horreur du genre, qui nous font frémir sur place, mais bien rire au retour. Alors que TripAdvisor présente sa liste 2010 Dirtiest hotel, je vous présente les témoignages de Québécois qui ont bourlingué aux quatre coins de la planète.

«Il y en a tant! s’exclame Caroline-Isabelle Caron, professeur d’université, quand on lui demande quel est le pire établissement qu’elle ait fréquenté. Il y a cet hôtel à New Haven ,CT, décrit comme sympa en ligne mais qui s’est avéré être une maison de chambres. La porte ne barrait pas, les autres pensionnaires ne se lavaient pas tous et il y avait une souris morte depuis quelques jours sous l’évier qui embaumait la chambre. J’étais la seule femme de l’hôtel. J’ai vite compris pourquoi le chauffeur de taxi ne voulait pas me conduire là et m’offrait de me conduire au Holiday Inn sans frais! J’y suis d’ailleurs allée le matin venu, après une nuit blanche.»

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»


Autour du monde avec Barbie

Suite Barbie, The Palms, Las Vegas

Alors qu’il n’y a pas si longtemps encore, Bratz faisait de l’ombre à ses mensurations surréalistes, voilà que Barbie est, plus que jamais, sur le devant de la scène. Suite logique de ses vies d’agente de bord, de jet-setteuse et de pilote d’avion? Voilà maintenant qu’elle invite ses fans à évoluer dans son univers rose bonbon à l’hôtel comme au spa.

À Paris, Barbie promet de «changer les gentilles petites filles en vraies princesses» dans des chambres décorées à son image au prestigieux hôtel Plaza Athénée, là où ont séjourné plusieurs grandes stars comme Penelope Cruz, Oprah Winfrey et autres personnages de la trempe de Carrie Bradshaw.

Papier peint rose, fauteuils roses, tapis rose… Impossible d’oublier l’inspiration des lieux.

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Spa Barbie, Shanghai

Sur la route…

Diarios de motocicleta

Qui n’a pas rêvé d’avaler les kilomètres façon Easy Rider, Diarios de motocicleta ou encore Thelma et Louise (sans la fin tragique, bien entendu)? Pour plusieurs, prendre la route est synonyme de liberté. Et l’occasion de s’offrir un véritable buffet de chocs culturels!

Jean-François Perreault, chef rédacteur, a sillonné les routes des États-Unis pendant six semaines avec sa copine et un collègue de travail en 1998. Le trio s’est donné comme objectif de faire un tour complet du pays en évitant les grandes villes et en découvrant les parcs nationaux. «Tout le long, on a couché dans nos tentes, transporté notre glacière et notre four de camping. Pour l’automobile, on avait eu droit à une promotion spéciale (location d’un mois, kilométrage illimité et pas de restriction pour les États-Unis). T’aurais dû voir la gueule du gars lorsqu’il a vu le compteur à notre retour…»

La suite sur Canoë! (attention, le texte se poursuit sous la pub)

D’autres souvenirs de route

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Des hôtels hauts en couleurs

En vacances, pas question d’avoir les idées noires. Ça commence par le choix de l’hôtel où vous irez vous reposer après une longue journée d’exploration. Voici cinq établissements anti-cafard!

1 – Pantone hôtel, Bruxelles, Belgique

Ouvert en mai, le tout nouveau Pantone hôtel fera assurément rêver tous les fanas des produits Pantone Universe. Le blanc des murs et la literie sert de toile de fond au ballet des couleurs. Le photographe belge Victor Levy s’est amusé à décliner les teintes Pantone afin de personnaliser chacune des chambres. Impossible que l’une des cinquante-neuf suites et chambres ne corresponde pas à votre état d’esprit! Bien sûr, les produits Pantone Universe sont aussi exposés et vendus.

Info: www.pantonehotel.com

2 – Madonna Inn, San Luis Obispo, Californie, États-Unis

Non, rien à voir avec la chanteuse du même nom. Ce haut lieu du kitsch se la joue tantôt «Vieille Europe» (on trouve notamment les chambres «Paris Violet» et «Austrian Suite»), tantôt «nature» (un urinoir en forme de cascade…). Velours, dorures et tout ce qui peut entrer dans la catégorie «trop» y occupent une place de choix. Ouvert en 1958, l’établissement est entré dans la légende. Des scènes de films y ont été tournées et The Simpsons en ont même fait une parodie! Perso, j’opterais pour la rose Carin… Tant qu’à faire «quétaine», autant y aller à fond!

Info: www.madonnainn.com

La suite sur Canoë !

Liste de différentes chroniques sur des hôtels inusités

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Les vélotaxis, version écolo-chic des pousse-pousse?

Ils ont envahi les rues des plus grandes villes d’Amérique et d’Europe. Qu’ils s’appellent Pedicabs, Éco-triporteur ou Cyclopolitain, les vélotaxis, tricycles à assistance électrique, ont le vent en poupe. La mode écolo serait-elle en train de «glamouriser» les bons vieux pousse-pousse?

***
Je me souviendrai toujours de lui. La cinquantaine. Un large sourire. Obstiné, aussi. Il m’a suivie pendant deux coins de rue, à Phnom Penh, pour me convaincre de monter à bord de son pousse-pousse. Moi, l’Occidentale, je refusais catégoriquement l’idée d’exploiter qui que ce soit. L’homme n’est pas un cheval! Dans ses yeux, je voyais la blancheur de ma peau et tout ce qui venait avec. Malaise.
Je n’avais rien compris, bien sûr. Devant son insistance, j’ai réalisé que c’était à son repas du soir que je disais non. Les clients se faisaient rares. Je suis montée à bord et lui ai demandé de me déposer quelques mètres plus loin. Quand j’ai sorti mon appareil photo pour lui tirer le portrait, son regard s’est teinté de fierté.

C’est à lui que je pensais en montant à bord de l’un des tout nouveaux Blue Bike, à Versailles, en avril dernier. Ces vélos électriques sillonnent le centre-ville et les environs du château depuis ce printemps. À leur bord: des touristes comme des gens du coin. Une balade fort agréable, qui permet d’admirer le paysage tout en discutant avec le chauffeur.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous? On trouve aussi des vélotaxis à Québec!

Archives de mes chroniques Choc des cultures

Reportage vidéo sur les Blue Bike