Le Salon du livre du Saguenay en images

Tel que promis, voici quelques photos prises au Salon du livre du Saguenay le week-end dernier. Une raison de plus pour écrire des tas de bouquins: je veux y aller chaque année!

P.S.: Désolée pour mes amis Facebook, qui ont déjà vu la plupart de ces photos!

Une image de vacances

PicMamaCool

Avouez que cette photo d’Etolane vous fait soupirer vous aussi… Quoi? Impossible pour vous d’aller vous la couler douce au bord d’un lac par cette magnifique journée ensoleillée? Vous pouvez toujours vous procurer Mama Cool! Détente garantie! ;-)

P.S.: Merci Étolane de m’avoir autorisée à publier ta photo! 

Mordre la poussière

wall_garfieldJ’ai horreur des obligations. Particulièrement quand elles impliquent d’astiquer un plancher, de frotter un chaudron ou de nettoyer une cuvette. La simple vue d’un balai me plonge dans un spleen profond. Une serpillère? J’avale le pot de Nutella en entier à la petite cuillère (à chacun ses anti-dépresseurs). Je ne vous parle même pas des produits d’entretien, dont la seule évocation provoque convulsions et vomi en jets (j’aimais trop l’image – désolée! hi! hi!). 

Mais le pire calvaire reste pour moi le rangement. Je suis absolument incapable de comprendre le concept «une place pour chaque chose». Comme si mon cerveau n’avait pas été programmé pour la logique et le pratique. Je crée quotidiennement de véritables tours de Pise composées de bouquins, de calepins de notes, de dossiers de presse, de circulaires et autres magazines de tailles variées. Je dois effectuer des fouilles archéologiques chaque fois que je cherche un papier important (que je ne trouve jamais – mais que je n’ai pas jeté, ça j’en suis sûre!). Mon legging préféré? Probablement enfoui sous la pile de vêtements que j’ai essayés ce matin (j’ai la fâcheuse habitude de me changer plusieurs fois avant de me décider… et de les jeter dans un coin ensuite). Les travaux d’excavation m’apparaissant souvent comme une corvée (il faut parfois creuser très longtemps), il m’est déjà arrivé d’abdiquer avant même de commencer et d’aller faire du shopping. Parce que oui, je suis paresseuse en plus (mais pas quand il s’agit de shopping)…

Au fil des ans, j’ai développé une ruse pour m’éviter le tædium vitæ: je «photoshope» mentalement mon environnement. Des magazines jonchent le sol? Pulvérisés! Quelques traces de doigts dans la fenêtre? Où ça?

robesMême plus besoin d’y penser, je ne vois ni la poussière, ni les robes multicolores qui s’entassent devant ma penderie. Ma fille est en train de développer d’incroyables habiletés en course à obstacles. On aura beau dire, contourner des traîneries tous les jours, c’est extra pour le développement moteur.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que même si j’ai une semaine de boulot complètement dingue, que je ne pense qu’à tester la caméra Flip Ultra HD reçue hier pour la comparer à la Mino HD et que je me retiens à deux mains pour ne pas monter les images tournées à Venise en mai dernier, j’ai dû prendre mon courage (et le pot de Nutella) à deux mains pour faire le grand ménage de notre chambre. Ma penderie étant à peine visible de mon lit à cause de l’Everest de vêtements, je n’avais plus le choix. (Accessoirement, Chéri avait migré au sous-sol, exaspéré par mon désordre.) Mon sac à dos trônait au centre de la pièce, témoignant de mon envie de fuir plutôt que de m’attaquer aux pénibles tâches du quotidien.

Cinq heures plus tard, le résultat n’est pas parfait. Mais moi non plus, alors ça fait le compte!

P.S.: Je ne savais pas que j’avais autant de robes d’été!

Sur des sujets similaires:

Je suis une grande fille

Vivre à l’hôtel

Cases affaires

La France sac au dos

sacdos

Mon nouveau compagnon de route!

Je croyais bien être passée dans le clan des «valises à roulettes» depuis quelques mois. Mais non. L’année dernière, suite à nos aventures en famille à Taïwan et à travers le Canada, l’un de mes vieux sacs a rendu l’âme. Mon autre, celui qui a été de presque tous mes voyages depuis 1999, est maintenu artificiellement en vie depuis (sans parler de ses couleurs défraîchies!). 

Pourquoi je vous raconte tout ça? Tout simplement parce qu’à force d’imaginer les scénarios de déplacements en France avec ma fille de deux ans et demi, je me suis rendue à l’évidence: il me fallait un nouveau sac à dos. Pas question de trimballer une valise à roulettes d’une main en maniant la poussette de l’autre. Vous imaginez la scène entre l’aéroport, le RER, le métro et le TGV? Naaaah.

Je vous présente donc mon nouveau compagnon de voyage de marque Vaude, déniché lors de la vente trottoir sur l’avenue Mont-Royal samedi dernier. Il a l’air tout chétif comme ça, mais attendez de le voir bien gavé!

Comme nous ne voyagerons que toutes deux avec lui ma fille et moi et que je ne possède pas la force «Popeyenne» de Chéri, nous allons devoir réapprendre à nous passer de quelques paires de chaussures (je parle de Trésor, bien sûr – que de mauvaises habitudes prises au cours des derniers mois!). Pas de valise Dora. De lecteur DVD indestructible ou de Reflex. Qu’un mini-sac à dos pour ma puce. Mon ordi pour regarder Histoire de jouets (la folie du moment chez nous) et faire le suivi du boulot le soir venu. Ma petite caméra Sony et un Flip Mino HD (deux poids plume) pour rapporter des images. Bon, ok, je lui laisserai probablement apporter son appareil photo en plus…

Maintenant, me reste à trouver quel est le meilleur moyen de locomotion pour nous à Paris. J’ai déjà réservé une navette de l’aéroport à notre hôtel pour l’aller et nous partirons de Lyon pour le retour (directement à l’aéroport). Je veux maximiser la marche, mais notre hôtel n’est pas très bien situé. Pas certaine d’avoir le courage de me lancer à l’assaut des escaliers du métro seule avec la Bugaboo (oui, je l’apporte, c’est la seconde maison de ma fille)! Des tuyaux?

P.S.: Pour ceux qui ont suivi la saga de ma valise zébrée, sachez qu’elle n’a pas résisté à mon dernier voyage en Italie. L’une des poignée est abîmée et l’un des côtés s’est affaissé. Sans compter le blanc plus gris que gris… Ce n’était finalement pas un très bon achat!

P.P.S.: Je pense que je suis officiellement devenue une flashpacker!

AJOUT 16 JUIN: un billet plutôt déprimant sur les poussettes dans le métro (merci à LudoMC sur Twitter pour le relai)… Je veux apporter la Bugaboo pour le confort de ma fille et les longues balades que nous ferons. Mais j’aurais besoin d’une poussette canne pour les quelques fois où nous prendrons le métro! Impasse…

Lancement du nouveau site du Groupe Les Relevailles

Image 1Vous êtes à Québec, vous vous sentez concerné par la maternité et vous aimez la technologie? Ce soir, venez faire un tour au lancement du tout nouveau site 2.0 du Groupe Les Relevailles, dont je suis la fière porte-parole! Les infos sont ici (n’oubliez pas de confirmer votre présence!)! :-)

Moi? Une porte-parole?

J’ai d’abord voulu décliner l’invitation. Il y avait forcément erreur sur la personne. Moi, la mère qui met le feu dès qu’elle s’approche de la cuisine, qui avoue publiquement HAÏR aller jouer au parc, qui n’en PEUT PLUS de se faire demander «À quand le deuxième?» et qui fantasme à l’idée d’avoir des moments de solitude? Moi, Nutella addict, accro aux voyages et à la techologie, parano assumée et obsédée par sa culotte de cheval? 

Moi, quelqu’un à qui on a envie de s’identifier?!!

Semblerait que oui (m’enfin, «s’identifier», c’est peut-être un peu fort comme terme!). Ce n’est pas l’un de mes nombreux moments de délire ni une hallucination causée par mon sevrage de Nutalla (maudite culotte de cheval!). Le Groupe Les Relevailles de Québec, m’a bel et bien demandé de me joindre à leur équipe. Mon rôle sera surtout virtuel (mon addiction au Web pour une bonne cause? J’adore!) puisque j’arriverai «concrètement» dans le décor au moment du lancement de la version 2.0 de leur site, à la fin mai.

Attendez de voir ça: une communauté où les mères pourront créer des profils, des blogues, et échanger sur les sujets qui les préoccupent. 

N’est-ce pas top-Mama Cool, ça?

Soulagée

n611841038_371900_2731

Photo: Marianne Larochelle (www.mariannelarochelle.com)

N’importe quel auteur vous le dira: nous avons tous la phobie que nos écrits ressemblent à ceux des autres. Que la lecture de ceci ou de cela influence malgré nous les histoires que nous élaborons. De ne pas être aussi «unique» qu’on aime le croire.

À sept semaines du lancement de Mama Cool, je viens de terminer la lecture de Mère Indigne, tome 1. J’avais bien attrapé quelques-uns de ses billets sur son blogue (surtout les plus récents – que j’ai adorés), mais je n’avais encore jamais plongé dans son bouquin.

D’abord parce que, comme je l’ai déjà écrit ici, je suis plus du genre à vouloir me sortir de mon quotidien qu’à m’y replonger lors de mes rares temps libres. Mais aussi parce que j’avais peur d’être influencée de près ou de loin par cette fille dont on ne me disait que du bien.

Suis plutôt soulagée. Mis à part une méfiance commune envers le Père Noël (elle aussi pense qu’il consomme des gras trans), Mère Indigne et Mama Cool sont très différentes. Alors que Caroline Allard raconte les péripéties de Fille aînée, de Bébé et des gens qui gravitent autour, Mama Cool se concentre principalement sur l’exercice de jonglerie extrême qu’entraîne la vie d’une nouvelle mère et sur les questionnements existentiels qui en résulte («assaisonnés» de quelques couches débordantes, tout de même).

Dans mon livre, le focus est davantage sur la mère que sur l’enfant. Déboussolée, Mama Cool tente de trouver l’équilibre entre la maternité, son amour des voyages et son incompréhension de ce nouveau monde qui l’entoure, peuplé de bonshommes multicolores et d’inconnus qui croient que les bébés sont des propriétés publiques. Elle a envie de garder un soupçon de futilité dans sa vie, aussi, ne serait-ce qu’en se baladant avec la même poussette que Gwyneth Paltrow… :-) 

Les chroniques Mama Cool ne sont pas toutes humoristiques, bien que certaines relèvent du pur délire. Le leimotiv du «personnage» (peut-on vraiment parler de «personnage»?): «Maman, mais pas matante!» Elle cherche avant tout à rester elle-même. Mais ce «elle-même» a-t-il changé?

Bref, deux filles différentes, mais toutes deux essentielles à votre bibliothèque! ;-) 

P.S.: Mes chroniques indignes favorites de ce tome 1? Vert luisant, une fiction cathartique (p.33) et Mère indigne sauve son couple (p. 203). Et oui, je lirai le tome 2! Les chroniques que j’ai attrapées sur le blogue de Caroline Allard me laissent présager un bouquin encore plus savoureux que le premier. :-)

P.P.S.: J’oubliais: Mama Cool (éditions Michel Lafon) sera en vente au Québec dès le 5 mai! Aussitôt que j’aurai l’autorisation de montrer la couverture, comptez sur moi pour me ruer sur mon ordinateur!