24 heures à Paris, 10 clichés Instagram

Octobre 2012. Après un magnifique séjour en Champagne et en Alsace, je m’arrête quelques heures à Paris. Ayant peu de temps devant moi, je me contente d’une balade à Montmartre et d’une courte escale à Saint-Germain-des-Prés (je ne peux aller à Paris sans m’y arrêter), avant de sortir avec les collègues.

Souvenirs en vrac.

Les escaliers de Montmartre

Les escaliers de Montmartre… Paris à mes pieds!

Vue de Montmartre

Vue de Montmartre sous le soleil de midi

Street art

Street art

Place Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés

Place Saint-Sulpice, Saint-Germain-des-Prés

Visite obligatoire chez Pierre Hermé, rue Napoléon

Visite obligatoire chez Pierre Hermé, rue Napoléon

Le Carrément chocolat de Pierre Hermé. J'adore.

Le Carrément chocolat de Pierre Hermé. J’adore.

Parfois, je m'amuse à «bizouner» des photos avec plusieurs applications avant de les publier sur Instagram.

Parfois, je m’amuse à «bizouner» des photos avec plusieurs applications avant de les publier sur Instagram.

Et une autre photo de Japonais qui se prennent en photo pour ma collection!...

Et une autre photo de Japonais qui se prennent en photo pour ma collection!…

Superbe soirée au restaurant Jaja, parfait pour un repas de groupe!

Superbe soirée au restaurant Jaja

La Perle? Beaucoup trop de monde...

La Perle? Beaucoup trop de monde. Tant pis!

Ce voyage a été réalisé grâce à une invitation de Vins de France. Merci!

À découvrir également: mes billets sur la France sur EnTransit.ca, Un week-end à Québec: 15 clichés Instagram, Strasbourg en 12 clichés Instagram, La Martinique en 15 clichés Instagram, L’auberge de montagne des Chic-chocs en 15 clichés Instagram, Halifax-Montréal en clichés Instagram, C’est ici que j’ai grandi, Glauque city, Iceberg sans laitue et Impressions d’Istanbul.

Vous pouvez aussi me suivre sur TwitterFacebook et Instagram.

Paris en pâtisseries

6a00e54f9164528834014e8a1f2102970d

Créations de Pierre Hermé

Il est là à me faire de l’œil. Noir, costaud, racé… Le genre un peu intimidant, mais qu’on ne peut s’empêcher de désirer.

Ardemment.

Été 2011. Je m’apprête à goûter enfin le Carrément chocolat de Pierre Hermé, l’un des entremets cultes du célèbre pâtissier français. «Biscuit « moelleux chocolat », crème onctueuse au chocolat, mousse au chocolat, croustillant au chocolat, fine feuilles de chocolat craquant»,  annonce l’étiquette. Même à 6, 50 €, pas question de résister. Dès la première bouchée, je sais que je ne l’oublierai jamais. (Soupir.)

Les amateurs de macarons connaissent bien Pierre Hermé. Surtout, ils vouent un culte à ses mariages de saveurs audacieux. Asperge verte et huile de noisettes, réglisse et violette, framboises et piments d’espelette…  Pour Noël, les fans ont aussi droit à des combinaisons hautes en saveurs: églantine, figue et foie gras, chocolat et foie gras et marrons glacés.

Tant qu’à être dans le coin, pourquoi ne pas tester aussi l’Ispahan, espèce de «sandwich macarons» géant à la rose fourré de crème aux pétales de roses, de framboises entières et de litchis? «C’est le plus populaire en ce moment», m’assure le vendeur. Aucune déception : les «hum!» fusent sans retenue même si je ne raffole pas des framboises d’habitude.

Haute-pâtisserie

À la manière des designers de mode, les stars de la pâtisseries (dont Pierre Hermé) lancent deux collections par année, automne-hiver et printemps-été. On ne badine pas avec la gourmandise.  Après tout, le «repas gastronomique des Français»  n’a-t-il pas fait son entrée au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco à la fin de 2010 ?

Kirsten-behind-the-scenes-of-Marie-Antoinette-kirsten-dunst-31644416-780-1000Depuis que Kisten Dunst les a croqués dans le Marie Antoinette de Sofia Coppola, les macarons Ladurée semblent constituer un incontournable pour de nombreux touristes (sa réputation n’était plus à faire même avant le film, remarquez). D’abord un salon de thé, Ladurée a mélangé les genre en intégrant l’esprit du café parisien au début du siècle. Une cinquantaine d’années plus tard, Pierre Desfontaines, petit cousin de Louis Ernest Ladurée, a l’idée d’assembler deux coques de macarons et de les coller avec de la ganache. La recette est toujours la même aujourd’hui et les succursales se sont multipliées. Depuis 2008, un bar propose même des accords cocktail-macarons rue Lincoln, derrière la boutique des Champs-Élysées.

Chez Gérard Mulot aussi, rue de Seine, les macarons continuent de titiller les papilles des clients. On me recommende l’Amaryllis (5,40 €), fourrés aux fruits et à la vanille et dont la forme est similaire à l’Ispahan de Pierre Hermé. J’opte plutôt pour les mashmallows (il ne me viendrait pas à l’esprit de demander des guimauves à Paris!), qui connaissent un regain de popularité monstre depuis quelques années. Rien à voir avec ceux qu’on fait griller sur un feu de camp, mais je ne suis pas certaine de comprendre pourquoi il y a tout un buzz autour de ces bouchées sucrées…

Une chose est sûre en tout cas: toute tentative de résistance est inutile devant les présentoirs des pâtisseries et autres boutiques gourmandes qui accrochent notre œil lors d’un passage dans la ville Lumière. Chaque fois que j’y fais escale, les kilos supplémentaires, je ne les rapporte pas dans mes bagages, mais dans mes pantalons!

Tendances 2013

L'éclair de génie, dans Le Marais

L’éclair de génie, dans Le Marais

Out, les macarons? Depuis un bon moment déjà, il me semble. On en a que pour les millefeuilles, les saint-honorés et les éclairs. Ces derniers sont d’ailleurs sur toutes les lèvres… et pas que littéralement. Impossible de passer à côté de la boutique du Marais inaugurée en grandes pompes à la fin de l’année par l’ex-chef pâtissier de Fauchon Chistophe Adam dont Le monde et Le Figaro – pour ne nommer que ceux-là – ont fait l’apologie.  Avec un nom comme L’éclair de génie, le pâtissier m’a moi aussi dans sa poche avant même que j’aie eu ses créations en bouche!

Une vidéo produite en 2010 afin de faire la promo des City Guide Louis Vuitton qui met l’eau à la bouche:

Une première version de ce texte, réalisé grâce à la collaboration d’Atout France et d’Air Canada, a été publiée en 2011 dans le journal Métro (Montréal). 

En complément: les tests gourmands du Figaro (j’adore), Les nouvelles tendances de la pâtisseries et L’éclair, coup de coeur des gourmands.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade. Vous pouvez par ailleurs me voir tous les lundis à l’émission Libre-Service (MAtv), un mardi sur deux à Ça commence bien (V), et me lire dans le magazine Tendances. Je blogue également pour MSN.caTV5.ca et pour Copines en cavale.

Ça commence bien… à Paris

Ah! Paris. Est-ce possible de s’en lasser? Je ne crois pas. Chaque fois, je tente de découvrir de nouveaux quartiers, mais je ne peux m’empêcher de retourner dans certains lieux qui m’ont marquée au fil des ans. Me rendre dans la Ville Lumière sans passer par Saint-Germain-des-Prés? Inconcevable. Il m’arrive même encore parfois de m’attabler au Café de Flore (ne le dites surtout pas à mes amis parisiens), même si l’endroit est devenu une caricature de lui-même. J’entends presque les artistes qui y sont passés…

Comme je le racontais ce matin, immanquablement, je m’achète une (ok, DES) pâtisserie(s) chez Pierre Hermé, rue Bonaparte, que je vais déguster place Saint-Sulpice (mon préféré reste le Carrément chocolat, mais je goûte toujours au moins un nouveau parfum de macaron et une pâtisserie jamais testée). Je ne crois pas m’y être déjà arrêtée sans croiser des touristes japonaises… :-) Lire la suite

De retour de Paris

Je rentre tout juste de la France, où je me suis rendue avec ma fille dans le cadre du projet Un baluchon pour deux. Vous pouvez suivre nos aventures sur le blogue de Coup de pouce et trouverez un résumé de nos expéditions dans le magazine en 2012. Paris constituait la première d’une série de six escales mère-fille.

Les billets, dans l’ordre chronologique:

Le plus beau terrain de jeux (en guise d’introduction)

Cap sur Paris! (la préparation)

Des manèges, encore des manèges, toujours des manèges! (Disneyland Paris)

Magnifique Vaux le vicomte (Premières journées à Val d’Europe et visite d’un château)

Paris sous la pluie (Condensé de trois journées d’activités)

Coup de coeur pour le Parc Astérix

Paris, le bilan

J’ai bien sûr profité de notre séjour pour rédiger quelques billets pour EnTransit.ca (MSN.ca), histoire de présenter certains des lieux visités sous d’autres angles: Astérix, Obélix… et moi et Vaux le vicomte, l’inspiration de Versailles.

Bien que j’avais prévu la plupart des activités de notre séjour, certaines se sont improvisées au gré de nos envies. C’est ainsi que Maya a sauté sur un trampoline à la Fête foraine du Jardin des Tuileries. Un moment fort de son voyage! Non, parfois, les coups de coeur n’ont rien à voir avec la destination elle-même.

Cela dit, la première chose qu’elle m’a dite en s’éveillant ce matin est: «Je m’ennuie de la Tour Eiffel», les yeux plein de larmes… À l’épicerie, un peu plus tard, elle a même forcé son père à acheter une baguette arborant un dessin de la Dame de fer.

J’ai créé un monstre.

Ce voyage a été rendu possible grâce à la collaboration d’Atout France, d’Air Canada et de Pierre et vacances. Pour des informations supplémentaires sur Paris et les environs, consultez le site de Tourisme Paris Île de France.

Pour me suivre sur Twitter, par ici.

Tout sur les soldes en France

Jusqu’au 3 août, des hordes de fashionistas en délire arpenteront les boutiques de l’Hexagone à la recherche des meilleures aubaines. C’est qu’au pays de Chanel, les soldes se déroulent à deux moments bien précis, en hiver et en été. Et c’est du sérieux! L’opération est rigoureusement règlementée. Décryptage en 15 points.

1. Les soldes durent cinq semaines et constituent un véritable rituel. «Il y a quelque chose de ludique et festif à aller se trouver des petites pièces sympas pour l’été», analyse Céline Bracq, spécialiste des habitudes de consommation des Français(Source: Le Parisien). (…)

6. Qui est à l’origine des soldes? Plusieurs sources pointent vers Simon Mannoury, qui a fondé en 1830 le premier grand magasin parisien Le Petit Saint-Thomas, l’ancêtre du Bon Marché. La première loi visant à encadrer les soldes a vu le jour en 1906 et a été actualisée à quelques reprises depuis.

7. Aux forums des Halles, à Paris les shoppeuses peuvent maintenant faire appel à des «Huge boys», gentlemen payés pour porter leurs emplettes. Le concept est inspiré des «Bag Boys» londoniens, en fonction depuis 2005 de l’autre côté de la Manche.

La suite sur Canoë!

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Autour du monde avec Barbie

Suite Barbie, The Palms, Las Vegas

Alors qu’il n’y a pas si longtemps encore, Bratz faisait de l’ombre à ses mensurations surréalistes, voilà que Barbie est, plus que jamais, sur le devant de la scène. Suite logique de ses vies d’agente de bord, de jet-setteuse et de pilote d’avion? Voilà maintenant qu’elle invite ses fans à évoluer dans son univers rose bonbon à l’hôtel comme au spa.

À Paris, Barbie promet de «changer les gentilles petites filles en vraies princesses» dans des chambres décorées à son image au prestigieux hôtel Plaza Athénée, là où ont séjourné plusieurs grandes stars comme Penelope Cruz, Oprah Winfrey et autres personnages de la trempe de Carrie Bradshaw.

Papier peint rose, fauteuils roses, tapis rose… Impossible d’oublier l’inspiration des lieux.

Le saviez-vous?

Archives de mes chroniques «Choc des cultures»

Spa Barbie, Shanghai

Les vélotaxis, version écolo-chic des pousse-pousse?

Ils ont envahi les rues des plus grandes villes d’Amérique et d’Europe. Qu’ils s’appellent Pedicabs, Éco-triporteur ou Cyclopolitain, les vélotaxis, tricycles à assistance électrique, ont le vent en poupe. La mode écolo serait-elle en train de «glamouriser» les bons vieux pousse-pousse?

***
Je me souviendrai toujours de lui. La cinquantaine. Un large sourire. Obstiné, aussi. Il m’a suivie pendant deux coins de rue, à Phnom Penh, pour me convaincre de monter à bord de son pousse-pousse. Moi, l’Occidentale, je refusais catégoriquement l’idée d’exploiter qui que ce soit. L’homme n’est pas un cheval! Dans ses yeux, je voyais la blancheur de ma peau et tout ce qui venait avec. Malaise.
Je n’avais rien compris, bien sûr. Devant son insistance, j’ai réalisé que c’était à son repas du soir que je disais non. Les clients se faisaient rares. Je suis montée à bord et lui ai demandé de me déposer quelques mètres plus loin. Quand j’ai sorti mon appareil photo pour lui tirer le portrait, son regard s’est teinté de fierté.

C’est à lui que je pensais en montant à bord de l’un des tout nouveaux Blue Bike, à Versailles, en avril dernier. Ces vélos électriques sillonnent le centre-ville et les environs du château depuis ce printemps. À leur bord: des touristes comme des gens du coin. Une balade fort agréable, qui permet d’admirer le paysage tout en discutant avec le chauffeur.

La suite sur Canoë!

Le saviez-vous? On trouve aussi des vélotaxis à Québec!

Archives de mes chroniques Choc des cultures

Reportage vidéo sur les Blue Bike

Gainsbourg (vie héroïque): un must!

Ne me cherchez pas vendredi après-midi: je retourne voir Gainsbourg, vie héroïque! Bien que j’aie eu la chance d’assister à l’un des visionnements de presse, j’attends avec impatience le moment de replonger dans les années Gainsbarre.

J’ai été complètement séduite par l’enfant, puis envoûtée par l’artiste en devenir que dépeint à sa manière bien personnelle l’auteur de bédé Joann Sfar. C’est probablement l’époque des débuts de l’homme à la tête de chou qui m’a procuré le plus de frissons. Revoir Bardot (sous les traits de l’incandescente Laetitia Casta) avant son dérapage animalier a quelque chose de (ré)jouissant (le «ré» étant facultatif selon le point de vue où l’on se place).

Lire la suite