La littérature comme trait d’union

Je dis souvent qu’il y a deux types de lecteurs: ceux qui cherchent des histoires proches de leur réalité et ceux qui veulent, au contraire, vivre des tas d’aventures par procuration. « Ressentir » l’ailleurs.

Je parle des livres qui font voyager sur EnTransit.ca et des initiatives comme celle de la librarie du Square, qui remet 2$ par livre d’auteurs haïtiens vendu au CECI. Une soirée-bénéfice aura par ailleurs lieu le 5 février prochain à la librairie Olivieri. Je vous copie-colle un extrait du communiqué:

Le vendredi 5 février se déroulera une soirée de lectures d’auteurs haïtiens par des auteurs et artistes d’ici, dont quelques Étonnants voyageurs : Nicolas Dickner, Stanley Péan, Rodney Saint-Éloi, Michel Vézina , accompagnés de Normand Baillargeon, Franz Benjamin, Robert Berrouët-Oriol, Joël Des Rosiers, Hélène Dorion, Maka Kotto, Maguy Métellus, Pascale Montpetit, Laure Morali, Jean Morisset, Anthony Phelps, Joujou Turenne… entre autres!

Les billets sont vendus au coût de 25$, 50$ ou 100$ versés au CECI – aucune réservation et aucun remboursement. Les billets sont en vente à partir de samedi le 23 janvier à la librairie ou par téléphone au 514.344.2626 p.2 en semaine.

Notez que 10% des ventes des livres des auteurs haïtiens chez Olivieri sont actuellement versés au CECI.

Pour en savoir davantage sur la littérature haïtienne, je vous invite à lire le texte de Chantal Guy dans La Presse d’hier en cliquant sur la photo de Rodney Saint-Éloi (qui a osé publier mon livre Cartes postales d’Asie en 2007 alors que tout le monde disait que les récits de voyage ne se vendaient pas bien au Québec), en haut de ce billet.

À lire également: le très beau texte de Rodney, qui raconte comment il a vécu le séisme et les heures qui l’ont suivi. «Dans ma tête et dans mon corps, il y a ces milliers d’êtres piégés sous les tonnes de ciment…»