Valises stories

RIP: valise Gasoline étouffée dans un conteneur parisien

Je n’en pouvais plus de trimballer cette horreur multicolore. Le genre de valise achetée en catastrophe lors de notre premier voyage en famille. Que j’ai utilisée pas plus de cinq ou six fois, mais qui semble avoir 100 ans. Sans compter son look «kitsch-avant-que-ça-devienne-kitsch-donc-totalement-quétaine»…

Bref, il n’était pas question que je rentre avec. Chérie, je te quitte pour une Française! lol

La veille de notre départ de Paris, je me rue chez Printemps une quarantaine de minutes avant la fermeture (pour vous donner une idée de mon état d’esprit, nous revenons de Disneyland en famille). J’ai encore en tête ces magnifiques valises Kipling super-funky aperçues à l’aéroport de Paris il y a quelques années. Des modèles qui ne sont pas disponibles au Québec, question de marché, m’a-t-on répondu chez Jet-Setter à l’époque.

Les Kipling que je dégotte chez Printemps ce jour-là n’ont absolument rien de funky. Ni de sexy. Ou de banalement «cute-ça-fait-la-job».

Je me rabats sur les modèles Samsonite. Je regarde le prix. Ouch. L’euro a beau avoir piqué du nez, mon compte de banque, lui, est loin d’atteindre l’Everest après un mois de voyage. Et puis, quelle idée d’acheter une Samsonite en France?

N’empêche, après une bonne vingtaine de minutes, j’en suis toujours au même constat: si je ne veux pas me rejouer cet épisode en boucle tous les ans jusqu’à ce que mon show soit cancelé (sic), mieux vaut mettre fin dès maintenant au cercle vicieux de la valise poche (vous savez? On achète une poche qui nous lâche dans un mauvais moment, on la remplace par une autre poche «en attendant», mais elle nous lâche dans un mauvais moment… Il n’y a jamais de bon moment pour flamber 300$-400$ anyway). Valise à deux cent quelques euros ce sera (celle de droite sur la photo). Fin du cycle maudit.

Seulement voilà. Alors que je me fais à l’idée d’avoir une valise noire que je m’amuserai à personnaliser à grand coup de gugusses multicolores (wou-hou!), je tombe sur une vente Heys sur Beyondtherack.com. À titre d’exemple, la jolie valise zébrée que j’ai failli acheter l’année dernière chez La Baie y est vendue 79 $US (+ 11,95 $US pour la livraison)… au lieu de 355 (j’avais acheté un autre modèle à zébrures, qui a rendu l’âme après seulement trois voyages). Idem pour celle à pois.

C’est encore plus intéressant quand on regarde les assortiments. Prix original pour le trio «peau de serpent» ou «rose nanane»: 1155 $US. Prix vendu sur Beyondtherack.com: 259 $US… (Bien sûr, on trouve des modèles un peu moins fashion victim…;-)

Aaargh.

Je suppose que c’est un signe. Que je suis trop accro à ce satané site. Ou qu’il me faut repartir au plus vite pour user ma nouvelle valise au plus vite! ;-)

P.S.: Généreuse comme pas une, je vous offre sur un plateau d’argent une invitation à venir dépenser dans ce temple du cyber-shopping (la vente de chacune de vos «âmes» me permet de dépenser 10$ supplémentaire! Enfin, d’obtenir un crédit de ce montant…).

P.P.S.: Il suffit de jeter un coup d’oeil à ces reportages pour comprendre pourquoi les valises ne résistent pas longtemps!

P.P.P.S.: La vente Heys se termine le 8 juin sur Beyondtherack.com. Je me retiens pour ne pas commander la valise à pois… Vais-je tenir le coup? Suspense!

Marina Orsini a brisé mon (futur et parfait) ménage

J’ai le coeur brisé. Alors que la foudre venait de s’abattre sur moi au Salon des métiers d’art de Montréal, j’apprends que Marina Orsini vient tout juste d’acheter l’objet de mon désiiir: une magnifique lampe dans les tons de rouge de la griffe Les lampes de Marie, toujours exposée parmi les autres.

Alors Marina, pour me vanger, je montre la création qui ornera ton salon À TOUT LE MONDE! Oui madame! Du gros potinage de bas étage! Tout ça secouée de sanglots sans fin en imaginant l’allure qu’aurait eu MON salon avec la magnifique oeuvre de Marie… (Entends-tu ma dooouleeeeeur?)

C'est la rouge, au milieu...

Blague à part, j’ai fait quelques trouvailles intéressantes ce midi au Salon des métiers d’art. J’y allais d’abord pour voir ma grande amie Sylvie, joaillière dont c’est la première participation en solo. Impossible de résister: j’ai craqué pour une bague et des boucles d’oreiles signées Flamme Fatale (sachez qu’on peut également commander ses créations sur Etsy).

Sylvie Langlois, la femme fatale derrière Flamme Fatale!

Un bracelet... tricotté!

L'argent est le matériau de prédilection de Sylvie

Vous l’aurez compris: je suis sa fan no. 1!

Boucles d'oreille Carrefour de Marie-Claude Morin

Ses créations ne sont pas les seules à m’avoir fait dégainer ma carte de guichet. Ma fille aura de jolies pantoufles en peau de mouton de La Bergerie en folie et le Père Noël glissera probablement un tablier en ratine rouge sous le sapin pour elle…

D’autres coups de coeur: les poivrières funky de Sylvain Tremblay, les sacs, les gants et les manteaux faits de cuir recyclés de Cokluch (j’adore la coupe des manteaux!) et les boucles d’oreille Carrefour de Marie-Claude Morin (qu’il faut toutefois commander en ligne).

Bref, si vous passez dans le coin, n’hésitez pas, allez-y! Malgré un nom qui évoque plus un hippie barbu qu’une fashionista, on fait d’heureuses découvertes tout à fait tendances. Avis aux voyageurs de passage dans la métropole: c’est l’occasion rêvée d’avoir un condensé de la créativité montréalaise!

L’événement se déroule jusqu’au 22 décembre.

P.S.: Pour Marina Orsini, vous aurez compris que je blaguais… ;-)

Who the f*** is Gossip girl?

11594049

Mon petit côté fashion victim (bon, pas si «victim» quand même – je tiens à préciser que je n’ai pas encore acheté de sarouel! lol) ne fait qu’empirer avec les années. Alors comment ne pas craquer pour ces deux t-shirts dénichés chez StyleForStyle Online Shop T-shirt grâce à Audrwey de Jeans & Stilettos

Je l’avoue: si j’ai trouvé la première saison de Gossip Girl so-so, j’ai A-DO-RÉ la seconde. Vive les plaisirs coupables! Les deux t-shirts sont tout aussi mignons «en vrai» que sur la photo (j’aurais peut-être dû choisir medium plutôt que small par contre car ils sont assez courts et ajustés). Seul hic: le tissus du blanc est assez mince.

Pour les détails pratico-pratiques, j’ai passé la commande en ligne le 1er juin et elle m’a été livrée ce matin. Pas mal considérant qu’elle a été postée d’Italie!

Et puis, mes nouveaux achats se glisseront parfaitement dans un sac de voyage… ;-)

Speed shopping à Rome

achats3IM-POS-SI-BLE. Offrir une quelconque résistance n’aurait servi à rien. Affronter les fauves du Colisée aurait sans doute été plus facile. Mais ne rien acheter, ça, IM-POS-SI-BLE.

Résultat: lors de ma dernière heure à Rome, j’ai craqué pour une jolie paire de ballerines. La veille, entre deux rendez-vous, j’avais déniché une robe à pois, une tunique (celle que je porte lors de ma visite au Colisée) et trois pashminas. Sans compter les deux bracelets en peau de python de Florence, le sac à mains vert, le t-shirt orange et les boucles d’oreilles en mosaïques achetés à Venise… Le clou? Mes lunettes de soleil violettes Dior. Je les avais repérées à Venise. J’ai succombé à l’aéroport près d’une semaine plus tard… 

Beaucoup de pasta au menu au cours des prochains jours! lol

Paris en images

Mon Paris à moi est ultra-touristique. Je passe toujours ici en coup de vent, alors je n’ai pas encore eu le temps d’explorer la ville à ma guise. Ça viendra…

Et puis, il y a certains clichés qui me sont chers. Bien que le Café de Flore n’ait plus rien à voir avec ce qu’il a déjà été, il me rappelle ma découverte de la littérature et de la philosophie. J’ai tellement longtemps idéalisé Sartre et de Beauvoir (jusqu’à ce que je réalise que leur mode de vie ne tenait pas la route, en fait! lol)! Je suis toujours un peu émue en passant devant.

Résumé-photos de ma journée d’hier.

paris1paris13paris3paris12paris5paris43paris8paris7paris22paris11paris10paris151paris141paris16paris17paris191paris20ladureebarparis21paris9mjcafeange

À lire aussi: • Ronds ronds macarons • Le saviez-vous? • Paris en images • Une journée en solo à Paris • Le caveau Le Refuge des Pierres Dorées • Balade à St-Jean-des-Vignes • Avant/après • Vive la France • 24 heures en images • Péripéties aériennes

Mode panique

fondsbas

Chez Zara

Ils sont de retour. Comme un bon remake de Friday the 13th ou de Freddy, les pantalons à fourche très basse (ou fond «tas de merde») affichent leurs couleurs sans retenue dans ZE capitale de la mode, Parisss!

Je ne sais pas pour vous, mais moi, je n’ai aucune envie de revivre mes 13 ans!

Torture – the sequel

3813Là, je suis carrément au bord de la crise de nerfs à force de recevoir leurs newsletters toutes plus accrocheuses les unes que les autres. Que faire?

a) Subir une ablation du cerveau pour anéantir mes tendances de shoppeuse compulsive

b) M’exiler en Chine, où je ne pourrais pas lire les publicités maléfiques

c) Poursuivre Century 21 pour atteinte à la concentration (on fait comment pour travailler avec tous ces vêtements griffés à prix réduits qui défilent dans la tête non-stop sur des versions améliorées de soi?)

d) Sauter dans un avion/bus/train/jet/fusée et aller acheter le foutu manteau de mes rêves et arrêter d’achaler la planète entière avec mon obsession

I LOVE New York!

 

Deux ans. Deux ans d’abstinence. Ça fait du bien d’assouvir enfin mes pulsions de shopeuse! Chéri, je pense qu’on va avoir encore une nouvelle valise…

 

P.S.: J’ai triché un peu par contre: je m’étais promis d’être égoïste à fond mais j’ai acheté quelques trucs pour Bébé (il en manque sur la photo…). Comment résister à une paire de mini-Puma? ;-)