Saint-Martin entre copines

55087Un article rédigé il y a quelques mois déjà vient d’être publié dans le journal Le Soleil… Voici:

Avec ses 37 plages, son magasinage sans taxe, ses spas, ses bonnes tables et son aura glamour, Saint-Martin est sans contredit la destination parfaite pour un séjour entre amies. Surtout avec un «Guavaberry colada» à la main…

Pour saisir l’essence de cette île mi-néerlandaise, mi-française, il suffit de tremper ses lèvres dans ce cocktail aussi rose que la mer est bleue. Le doux parfum de noix de coco combiné au goût unique du Guavaberry, un alcool local dont il faut absolument rapporter une bouteille pour arroser les soirées de déprimes hivernales, représente parfaitement ce que l’on ressent en parcourant le plus petit territoire au monde à être gouverné par deux peuples distincts. Symbole officiel des vacances, le premier nous indique que nous pouvons officiellement ralentir le pas et nous mettre en mode «décrochage». Le second est l’ingrédient nouveau qui ajoute une part de mystère à l’aventure et la rend encore plus excitante.

C’est à tout cela que je réfléchis en observant ma copine Nathalie cheminer tranquillement vers le bar. Amies depuis le secondaire, nous ne pouvions choisir meilleur endroit pour combler son envie de farniente et mon incurable bougeotte. Pendant qu’elle passe des heures à lézarder au bord de la piscine de l’hôtel, je me jette à corps perdu dans l’exploration des environs en compagnie de ma fille de 20 mois. Quel bonheur de se balader au bord de l’eau sur la promenade de Great Bay! Mais aujourd’hui, sur la magnifique (et bondée!) plage de la Baie Orientale, nous profitons ensemble d’une journée parfaite de plage, baignade et bonne bouffe.

La suite dans le journal Le Soleil

St. Maartini recipe

mohitosetstmaartini

Mojito and St.Maartini

In a shaker with ice add:

- 1.5oz coconut rum
– 1.5 oz peach schnapps
– 1.5 oz passion fruit juice
– 1.5 oz guava juice
– zest of 1/4 lime

Shake and pour into chilled martini glass.

Le parfait remède anti-tempête!

(Created by Paul Peterson who won the «2006 Caribbean Bartender of the Year title». Thanks to Jeanne Woo at Melaine Communications Group Inc. for the recipe)

P.S.: Non, je ne compte pas me mettre à utiliser le franglais de Justin Trudeau sur une base régulière, je suis tout simplement trop dans le jus pour traduire la recette et je trouvais absolument ESSENTIEL de la partager ici AUJOURD’HUI!  :-)))

Une femme à la mer

Quoi? Apporter un seul bikini pour sept jours de vacances à la mer? 

Je peux vivre avec un seul jean, deux ou trois camis, une jupette, une ou deux robes, une seule paire de chaussures (+ des gougounes, bien sûr) et des cheveux séchés au vent n’importe comment, mais un seul bikini, c’est hors de question! 

Jadis, quand je n’avais que mon nombril à m’occuper, je m’achetais (au moins) un nouveau bikini avant chaque voyage. C’était une sorte de rituel, tout comme les bonbons en vrac que je dégustais dans l’avion. Ainsi, quand j’ouvrais mes tiroirs une fois rentrée au bercail, j’apercevais des bouts de Caraïbes, d’Afrique ou d’Asie dans le méli-mélo de ma commode.

Un jour, au Cambodge, j’ai oublié mon préféré, que je m’étais payé juste avant mon premier voyage à Cuba et qui m’avait accompagné par la suite au Burkina Faso et en Thaïlande, sur la patère de la chambre de mon guesthouse. Je me suis longtemps sentie comme si j’avais effacé par erreur une carte mémoire remplie de photos souvenirs.  

L’été dernier, je me suis rendu compte en arrivant à St. Maarten que j’avais oublié de ranger le sac contenant mes quatre (cinq?) deux pièces dans ma valise le matin de mon départ. Me suis retrouvée à courir les boutiques pour acheter un «bikini back-up» que j’ai porté tous les jours suivants. Vous dire à quel point j’en avais marre!

Pour certaines, ce sont les chaussures. Moi, quand je veux me faire plaisir, je m’offre un bikini (ou une paire de verres fumés griffés, mais disons que mon budget m’a sommé de me calmer de ce côté ces dernières années). Maintenant que je suis devenue raisonnable, je porte les mêmes deux pièces plusieurs fois. Mais enfiler le même sept jours consécutifs? No way!

St. Maarten sur Canoë

 

Pour les curieux qui ont envie de lire les articles rédigés suite à mon voyage à St. Maarten, ils sont maintenant en ligne sur Canoë! En plus du texte principal, ne manquez pas les informations pratico-pratiques, les activités à faire absolument et bien sûr, la galerie de photos!

St. Maarten: quelques coups de coeur

Le boardwalk de Philipsburg (construit il y a quelques années, après mon premier passage dans la capitale néerlandaise): pour de longues promenade au bord de la mer, sans voitures. On peut y louer des Segways! 

 

 

Guavaberry colada: un délice! Imaginez un piña colada avec une touche de goyave…

 

 

 

La bouffe : nous avons très, très bien mangé à St. Maarten, tant chez Antoine, sur Main Street, qu’au Rare, près de Maho et dans de petits restos/bars donnant sur la mer. Attention toutefois : les prix sont comparables à ceux qu’on retrouve en Europe.

 

Le Rare, réputé pour ses steaks (Nathalie a adoré son filet mignon et moi, mon filet de bar servi sur risotto)

 

Avec Nathalie et Maya, pendant l’apéro (moi: un St. Martini French side; Nath: un mojitos) et avec le propriétaire du Rare et son fils.

 

 

Les bateaux: j’adore les bateaux. Les petits surtout, les gros, un peu. 

 

 

Ice cream Parlour: trouvé par hasard en me baladant sur le boardwalk avec bébé, ce café-crèmerie nous a ravie toutes les deux (tout comme sa crème glacée au chocolat).

 

 

La plage Le Galion: j’aime les plages calmes, avec peu de houle et surtout, pas trop de monde. 

 

 

Le tour de l’île: Lisa, du bureau de tourisme de St. Maarten, nous a fait découvrir son coin de pays pendant une demi-journée. Une matinée à la fois agréable et instructive!

Nathalie et Lisa, du bureau de tourisme

 

Bliss: je n’ai pas eu la chance de passer une soirée dans ce resto/nightclub, mais je suis vraiment tombée sous le charme des lieux. Piscine, vue sur la mer, fauteuils hyper-confo, piste de danse en plein air… Si quelqu’un parmi vous y a déjà fait la fête, je veux connaître vos impressions!

 

 

Voir ma vieille chum lâcher son fou: Nathalie a parfaitement assumé son petit côté «givré» pendant le voyage, me demandant constamment de la prendre en photo dans toutes sortes de lieux, et surtout, toutes sortes de poses…

Nath à Marigot

 

 

Prendre le temps de relaxer un peu: moi? Relaxer? Oui, ça m’arrive!


 

 

Passer du temps avec ma fille: pas toujours facile de voyager sans Jo (et sans Bugaboo – la compagnie aérienne l’a OUBLIÉE dans l’avion et RAMENÉE à Montréal…), mais nous avons tout de même eu beaucoup de plaisir ensemble.

Un peu de soleil!

Comme je sais qu’il pleut sans arrêt à Montréal depuis notre départ et que je suis de nature généreuse (!), voici quelques clichés de nos premiers jours à St. Maartens.

 

La vue de notre chambre d’hôtel

Plage publique de Philipsburg

Plage publique de Philipsburg

Avec Maya dans la poussette prêtée par le voyagiste sur le board walk (la Bugaboo a été «perdue» par la compagnie aérienne, mais au moins, nous savons depuis ce matin qu’elle nous attend à Montréal au retour!)

Oui, on trouve de la poutine à St. Maarten!

Quelques minutes de bonheur dans la piscine (je porte un bikini à 8$ acheté sur Back Street, ayant oublié tous les miens dans mon tiroir dans le brouhaha du départ!)

La plage de Philipsburg vue du boardwalk, hier matin

Le premier piña colada de Maya (mais oui, virgin!)

 

Ma copine Nathalie sur la plage de la baie orientale

Rien que pour vous messieurs…

On se fait une «yellow»?

Petit resto sur la route vers Philipsburg

Trois filles (et un «bébé»!) en vacances!

La réalité dépasse la fiction…

Entendu ce matin à l’hôtel où je me trouve, à St. Maarten, d’une touriste à la représentante du voyagiste qui venait de présenter les excursions offertes:

 

- Qu’est-ce qu’on fait avec nos choses pendant qu’on fait de l’apnée du sommeil?

 

Je n’aurais pas pu l’inventer celle-là.

Sint Maarten, huit ans plus tard

 

Cette photo a été prise le 25 décembre 2000. Mon ami Pat et moi étions allés rejoindre son cousin, qui travaillait pour une compagnie aérienne. Une dizaine de jours à explorer les plages des environs et à faire des escapades du côté français («en r’venant d’Marigot, ti-pout, ti-pout…»), où nous avons notamment acheté des bouteilles de Dom Pérignon et de Veuve Cliquot… dans une épicerie! 

 

Je me rappellerai toujours de la dinde fourrée aux marrons que Pat nous a préparée pour le réveillon, tout comme des piña colada concoctés par l’un des colocs. Exquis!

 

Notre coup de coeur? Une île voisine, St-Barthélémy, que nous avons sillonnée en jeep pendant toute une journée. Avec ses petites routes escarpées, ses plages de sable fin et son charme fou, cette île très prisée de la jet-set nous a tous conquis. 

 

Saint-Barth

 

St. Maarten est aussi le paradis du shopping: il n’y a pas de taxes! Nos cartes de crédit respectives en ont longtemps souffert (aussi parce que nos péripéties aériennes nous ont coûté la peau des fesses, mais c’est une autre histoire! En résumé, ne JAMAIS voyager stand by quelques jours avant Noël… hein Pat?).

 

Tout ça pour dire que je retourne à Philipsburg dans quelques jours. Cette fois-ci, je m’y rends avec ma vieille chum Nathalie (qui prendra l’avion pour la première fois de sa vie!) et ma fille. Nous logerons dans un hôtel et tenterons de ne pas trop boire de champagne… ;-)

 

Comme le soulignait ma copine Gina, pour une journaliste pigiste, partir signifie aussi remettre tous ses reportages avant la date de tombée officielle. Me reste donc huit jours pour pondre une trentaine de feuillets!

 

Je mériterai bien un peu de champagne après ça, non?

 

P.S.: Pourquoi St. Maarten et non St-Martin? Mais parce que nous serons du côté néerlandais! Pour la petite histoire,par ici.