Réfugiée climatique

Voici venu le temps de l’année où j’hésite entre l’hibernation et la poudre d’escampette. Je veux bien croire que les voyagistes visent d’abord les retraités en mettant de l’avant leurs destinations «longs séjours», l’idée de m’évader un ou deux (trois?) mois par an reste très séduisante pour une pigiste comme moi qui peut travailler de n’importe où. Surtout quand je vois des promo à moins de 2000$ pour un mois entier en Tunisie, repas compris…

Bon, d’accord. Je deviendrais folle au bout de trois jours et dépenserais l’équivalent en excursions. N’empêche, je serais prête à beaucoup de sacrifices pour un peu de chaleur pendant notre interminable hiver québécois!

Je me vois tout à fait enseigner la géo et l’histoire à fille au soleil quelques mois par an. Bientôt, bientôt…