Le Sud autrement: pour prendre des couleurs aussi «en-dedans»

Singe-écureuil de Monkey Jungle, en République dominicaine

Singe-écureuil de Monkey Jungle, en République dominicaine

Faites-vous partie de ceux qui ne trouvent pas leur compte dans la formule tout compris classique? Vous aimez la plage et le soleil, mais recherchez autre chose qu’un bronzage parfait? Il semblerait que vous ne soyez pas les seuls.

«Plusieurs études en tourisme et les focus group que nous faisons à l’interne nous ont démontré cet intérêt pour des vacances à la plage bonifiées, rapporte Valérie Martin, Chef, Marketing national et relations de presse. Quand on écoute les clients qui en ont fait l’expérience nous raconter leur vacances, on est convaincu que cette tendance existe bel et bien.»

En 2011, Transat a ainsi lancé la Zone branchée («It Zone» en anglais), à Puerto Plata, en République dominicaine. Différentes excursions étaient proposées: tyrolienne à Monkey jungle, exploration de la vie nocturne ou repas dans un restaurat local. Les retombées positives ont convaincu l’entreprise de réitérer l’expérience en 2012 et d’offrir la même formule à Santa Lucia à Cuba et Puerto Vallarta au Mexique sous le nom de noliZONE.

Le point commun de ces nouveaux produits? Faire sortir les clients des resorts, leur permettre de vivre différentes expériences et de s’initier à certains aspects culturels.

La suite sur EnTransit.ca (MSN.ca).

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade. Pour ma page Facebook, par ici.

Pique-nique à la plage des Salines

IMG_4833

Prenez une bande de copains, une voiture, des victuailles, un chapeau et des provisions de crème solaire et rendez-vous à la plage des Salines, au sud de la Martinique, pour un pique-nique gargantuesque comme aiment le faire les Martiniquais le dimanche. Résultat: une journée inoubliable… et un tout petit coup de soleil (oups! j’ai oublié la crème!). Récit photos.

IMG_4850

Au menu: pain, poulet, chips, fromages et boissons diverses.

IMG_4854

Antoine attaque le poulet!

IMG_4848

Le shrubb est une boisson typique à base de rhum agricole, de sucre de canne et d’écorces d’oranges macérées. Qui veut goûter?

23

Nous, bien sûr! (Avec Anne Marie Parent, à gauche)

IMG_4823

Notre vue, pendant le repas. Cette portion de la plage se trouve près du chemin. Nous étions assis entre la voiture et mer.

IMG_4857

Le meilleur sorbet coco artisanal DU MONDE. Vraiment. J’ai voulu filmer la vendeuse pour vous faire entendre son inlassable «Sorbet coco!» pendant qu’elle déambulait sur la plage, mais elle a refusé. Elle ne voulait pas non plus que je publie de photos d’elle. Je la trouvais si belle! Je fais exception avec celle-ci car elle est un peu penchée, donc plus difficile à reconnaître. ;-)

IMG_4828

Après s’être sustentés, il était impossible de ne résister à l’appel de la mer…

IMG_4867

Des nuages, mais une journée parfaite malgré tout.

IMG_4901

Je suis retournée rêvasser à l’ombre avant la prochaine destination…

Sans contredit l’un des plus beaux moments de cette semaine fabuleuse en Martinique.

Tuyau: pour éviter la cohue, mieux vaut y aller n’importe quel jour… sauf le dimanche. ;-)

À découvrir également: La Martinique en 15 clichés Instagram, Bons baisers de Martinique, Le bonheur est dans un hamac en Martiniquemes billets sur la Martinique publiés sur EnTransit.ca et quelques courtes vidéos.

J’étais l’invitée du Comité martiniquais du tourisme (novembre 2012).

Vous pouvez aussi me suivre sur TwitterFacebook et Instagram.

Une île privée aux Bahamas rien que pour soi… ou presque

Imaginez vous faire masser avec la musique de la mer en continue sur une île privée. Pour vous y rendre, vous marchez les pieds dans le sable, sandales à la main. Le soleil vous caresse doucement, complice avec la brise qui vous empêche de vous liquéfier sous ses rayons. Vous croisez bien quelques visiteurs, mais chacun se fait discret. Bienvenue au spa Red Lane du Sandals Royal Bahamian, à Nassau.

Je suis arrivée quelques minutes plus tôt par la navette fluviale de l’hôtel. Face au quai, quelques vacanciers sirotent un bahama mama, boisson locale à base de rhum, de liqueur de noix de coco, de jus de citron et de jus d’ananas au bar de la piscine. Quelques pas plus loin, le paysage se met à changer.

Bien que les transats qui font face à la mer me semblent invitants, ce sont surtout les immenses fauteuils coussinés qui attirent mon attention. Comme s’ils avaient été semés pour nous montrer le chemin qui conduit au spa. Difficile de résister à la tentation de se lover dans chacun d’eux pour savourer l’instant. Mais il y a mieux encore… C’est ce que je découvre en pénétrant dans ce spa en plein air. Lire la suite

12 secondes aux Îles de la Madeleine

Besoin d’une pause? Arrêtez tout… pendant 12 secondes.

À découvrir également: 10 raisons de visiter les Îles de la MadeleineDe Montréal aux Îles de la MadeleineCap sur les Îles de la Madeleine!La vie à bordEscale aux Îles de la Madeleine et Excursion à l’île d’Entrée.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

10 raisons de visiter les Îles de la Madeleine

Il suffit de les évoquer pour voir les yeux de ceux qui les ont déjà visitées se perdre dans le vague. Les Îles de la Madeleine envoûtent dès les premiers instants. Est-ce à cause de l’air salin? Du vent qui fouette le visage et nous rafraîchit même quand le mercure affiche des records? Du trajet qu’il faut effectuer pour toucher leur sol, qui facilite le décrochage? Sûrement toutes ces réponses. Et plusieurs autres aussi…

1- Les plages

Difficile de les oublier, elles sont bien en évidence dans tous les dépliants touristiques. Et avec raison! Chacune a son charme. Celle de la Dune du Sud, à Havre-aux-Maisons, est sans contredit l’une des plus photogéniques. Les falaises découpent magnifiquement le paysage.

Canadian Geographic a choisi la Grande Échouerie pour son top 25 des plus belles plages du pays. Immense, la longue bande de sable permet même parfois d’apercevoir des phoques quand on se rend tout au bout.

Celle de la Martinique, entre Cap-aux-Meules et Havre-Aubert, est reconnue pour ses eaux plus chaudes, alors que Pointe-au-loup, quasi-déserte, séduit avec ses eaux limpides, mais terrifie les parents à cause de ses courants.

Seuls les plus courageux oseront cependant tremper plus que le gros orteil aux Îles de la Madeleine en juillet. En août, les Madelinots jurent que la température de l’eau est plus invitante.

2- La croisière

Depuis maintenant dix ans, il est possible de se rendre aux Îles de la Madeleine en bateau depuis Montréal, à l’aller et/ou au retour, ou lors d’une croisière d’une semaine incluant une escale de trois jours sur place. À bord du Vacancier, l’équipage est presque entièrement Madelinot. D’ailleurs, sitôt embarqués, les passagers vivent à l’heure des îles (une heure plus tard dans les Maritimes!).

C’est l’occasion de découvrir le Québec maritime depuis le fleuve St-Laurent, considéré comme l’un des cours d’eau les plus ardus à la navigation. Au retour, il est souvent possible d’apercevoir des baleines dans les environs de Tadoussac.

Bien que les cabines (exiguës et humides) n’aient pas le luxe des bateaux de croisière auxquels nous sommes maintenant habitués, l’aventure fait sans contredit des expériences à vivre une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour le magnifique coucher de soleil sur le rocher Percé et les premiers rayons de soleil qui éclairent l’île d’Entrée, la première aperçue en arrivant aux Îles de la Madeleine. À bord, plusieurs activités sont proposées et un naturaliste est disponible pour répondre aux questions des passagers.

La seule compagnie à offrir cette escapade est le groupe CTMA.

La suite sur MSN.CA!

À lire également: De Montréal aux Îles de la MadeleineCap sur les Îles de la Madeleine!La vie à bordEscale aux Îles de la Madeleine et Excursion à l’île d’Entrée.

Pour me suivre sur Twitter et Instagram: @Technomade.

De Montréal aux Îles de la Madeleine

Cette photo a été prise vendredi, vers 14h, soit une heure avant notre départ en bateau vers les Îles de la Madeleine. J’ai l’impression que c’était il y a un mois…

Lire la suite

À St. Maartens, même les filles s’envolent

Chère touriste qui s’est approchée trop près de la piste de décollage de l’aéroport Princess Juliana, à St. Maartens. Malgré le drame que tu vis, j’ai beaucoup de mal à ressentir de la compassion pour toi. Ce n’est pas comme si les avertissements étaient illisibles ou que – oh! surprise – un avion décollait là-bas «comme par hasard». TOUT LE MONDE SAIT qu’il est risqué de s’aventurer dans les parages. D’ailleurs, des gens vont même sur la plage de Maho seulement pour voir les avions, à distance un peu plus sécuritaire…

Non, vraiment, lire ce genre de nouvelles me rend complètement dingue. Allô? Y a-t-il un cerveau sous ce bikini?

(Vidéo via Gilles Parent: Le Retour)

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade.

Carte postale de Khao Sok

Je suis en Asie.

Je suis heureuse.

(Pour le récit de mes aventures avec ma fille en Thaïlande, par ici. Pour me suivre sur Twitter, par là.)

12 coins de paradis à petits prix

Crédit: Laurie Noble – Getty Images

Si vous n’avez pas besoin de loger dans un palace pour profiter pleinement de vos vacances, voici une liste de destinations où il est possible de séjourner à moindre coût, sans égard au prix des billets d’avion. Parce qu’on ne voyage jamais assez longtemps… ni assez souvent.

1- Guatemala

Au cœur du monde maya, le Guatemala possède de nombreux atouts. Ses volcans, ses lacs, ses jungles et ses sites archéologiques en font l’un des endroits les plus fascinants de la planète. Si la sécurité et la santé restent des préoccupations importantes (renseignez-vous avant le départ), le coût de la vie a de quoi accrocher un sourire au visage. Il est envisageable d’y vivre avec 25$ par jour en poche. Il est par ailleurs possible d’y suivre des cours d’espagnol à un prix dérisoire.

2- Thaïlande

La popularité de l’empire du Siam ne se dément pas. Il faut dire qu’avec ses temples, sa gastronomie, ses montagnes et ses enfilades de plages, le pays a tout pour plaire. Si vous souhaitez éviter les hordes de touristes, mettez le cap sur l’extrémité Sud. Plus vous vous éloignez des aéroports, moins vous risquez de tomber sur des vacanciers pressés. Visiter Chiang Mai, au nord, est aussi une option à considérer si vous préférez la randonnée en montagne. Il est encore possible de s’en tirer à moins de 30 $ par jour à l’extérieur de Bangkok et des destinations les plus populaires. Mais ne rêvez pas en couleurs : il est si facile de dépenser…

La suite sur MSN.ca

Pour me suivre sur Twitter: @Technomade

Carte postale (vidéo) de Cabarete

Je me trouve actuellement à Puerto Plata, en République dominicaine, où je prends part à un voyage de presse organisé par Nolitours. Objectif de ces quatre journées: découvrir la «Zone branchée» (ou «It Zone»), nouveau forfait visant à faire sortir les vacanciers des hôtels. Car oui, il y a beaucoup à voir dans la région! J’en dirai plus sur EnTransit.ca (mon blogue MSN) sous peu, mais pour le moment, voici un aperçu de mon après-midi à la plage de Cabarete…

Les frais de ce voyage sont payés par Nolitours.

Carte postale (vidéo) de La Barceloneta

Pour lire mes billets sur Barcelone, rendez-vous sur Un baluchon pour deux et sur EnTransit.ca (MSN.ca).

Merci à Vacances Transat, grâce à qui ce voyage est possible.  Air Transat offre des vols directs vers Barcelone les vendredis et les samedis depuis Montréal jusqu’en octobre.

Carte postale du Lac-Saint-Jean

Je me trouve actuellement dans ma région natale, où je joue les touristes pour un journal français, deux blogues et un magazine québécois.

En une semaine, j’ai testé deux spas nordiques, exploré L’Anse-Saint-Jean, dormi dans une cabane dans les arbres, dans une yourte, chez ma soeur et chez mes parents, en plus de découvrir la plage du Parc national de la Pointe-Taillon (photo ci-dessus), de visiter l’Auberge de jeunesse de Chicoutimi (la Maison Price), de combattre des ours (du moins, dans ma tête), de passer saluer mes grands-mères et de manger beaucoup trop de tarte aux bleuets, de frites et de fromage en grain (je m’étais donné comme mission de déterminer quel est le meilleur de la région). Bien entendu, j’ai aussi fait mon pèlerinage annuel au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Des vacances, quoi.

MÀJ 20 août: J’ai publié deux autres billets sur la région cette semaine, Une journée au Zoo de Saint-Félicien et Une auberge de jeunesse chargée d’histoire.

P.S.: Merci à mes soeurs, à mon amie Nathalie et particulièrement à ma mère qui m’ont servi de «chauffeuse» pendant toute la semaine!

Carte postale de Tremblant

Je reviens tout juste d’un week-end à Tremblant seule avec Chéri (… et une vingtaine d’autres journalistes accompagnés! LOL). Je vous en dirai plus au cours des prochains jours sur EnTransit.ca (et fort probablement ici), mais pour l’instant, voici le résumé de notre après-midi en seize secondes!

MÀJ 12 juillet: Mes deux premiers billets sont en ligne, Un week-end à Mont-Tremblant et Où manger à Mont-Tremblant ?

Tendance surf

Camille et l'océan (Photo: Alex Casabon)

Ils sont de plus en plus nombreux à prendre d’assaut les vagues de la Californie, du Mexique ou de Hawaii. Sans parler du surf de rivière, qui compte maintenant de nombreux adeptes! Les Québécois, des surfeurs qui s’ignorent… de moins en moins?

Véronique Beaupré, copropriétaire du salon de coiffure Local B, s’est intéressée au wakeboard il y a cinq ans. «Après avoir arrêté de fumer, je cherchais des sports qui me permettraient de me défouler. J’ai commencé par faire du wakeboard et du snowboard. J’ai surfé pour la première lors d’un voyage dans le sud du Mexique, à Barra de Navidad, parce que j’avais une copine qui avait une maison dans ce coin-là.»

Malpais, Costa Ricas (Photo: Sarah Bergeron-Ouellet)

Depuis, celle qui coiffe plusieurs des plus belles têtes du showbiz québécois choisit ses destinations en fonction du surf. Elle s’est rendue à plusieurs reprises à Sayulita, au Mexique, mais aussi à Malpais, au Costa Rica, à Hampton Beach (New Hampshire), à Coco Beach (Floride), à Hawaii et au El Salvador, où des Québécois ont ouvert un complexe hôtelier pour les amateurs de planche baptisé Surf Eldorado.

«C’est vraiment l’idée de décrocher qui me plaît, dit-elle. Aller dans le Sud, c’est le fun, mais avec le surf, je me sens encore plus en vacances. Ça me procure un sentiment de bonheur, de liberté. C’est toi et l’océan. Tu prends ton temps, tu peux observer la nature. Oui, c’est surtout le sentiment de liberté que j’aime.»

Le sport a également changé sa façon de voyager. «Le surf permet de découvrir un pays d’une autre façon, par les routes secondaires. Les spots de surfs ne sont pas forcément dans les circuits touristiques habituels.»

Camille Desrosiers et Alex Casabon (Photo: Justin Marineau)

La suite sur Canoë

Les spots favoris de Véronique Beaupré, Camille Desrosiers et Étienne Marcoux

Le saviez-vous?

Archive de mes chroniques «Choc des cultures»